S'identifier - S'inscrire - Contact


Une belle maman qui disparait.

c'est l'extrait d'une lettre envoyée recement, à l'une de mes cousines. J'ai changé les prénoms, bien sûr.

Mots-clés : , ,


Chers cousins.

  Maman m’a appris, pour le décès de la maman de Dominique.

   Je sais que Francine l’aimait beaucoup, et quand elle avait fait sa connaissance, elle m’avait précisé qu’elle ressemblait beaucoup à Clemence, ce qui en disait bien long.

   J’ai moi aussi perdu ma belle mère, qui souffrait d’Alzheimer, ce qui est bien loin d’être comparable, aussi j’avais pris cela, moi, comme une véritable délivrance, pour la famille, dont je ne faisais pourtant plus partie, affectivement.

   Malgré le fait que j’ai eu à son égard bien des choses à lui reprocher, quand au soutien, que bien des fois, elle aurait été susceptible de m’apporter, je dois admettre que moi ayant toujours su m’adapter au fil du temps, quitte à ce que quelquefois, nous soyons restées fâchées quelques jours, et moi, ayant toujours  été franche, vis-à-vis d’elle, et connaissant ses « limites », je reconnais, que je l’ai énormément aimée, et que je pense très souvent à elle, comme je pense très souvent, à mon ancien beau père.

   L’avantage des beaux parents, quand on sait se faire respecter, dans ses convictions, c’est que ça donne l’occasion, de trouver chez eux, et donc, eux, chez nous, des traits de caractère, des idées, des stimulations, que ceux qui nous sont les plus proches ne parviennent pas, ou plus, à nous apporter.

    Comme une complémentarité familiale merveilleuse.

 Je precise que la lettre était plus longue, mais ça releve du privé.

 

 

 



Françoise Niel Aubin , ,

Version imprimable | Actualités | Le Mardi 01/07/2014 | 0 commentaires | Lu 213 fois



Archives par mois