S'identifier - S'inscrire - Contact


"Tutelle", entrave au travail et à la liberté de circuler.

Mots-clés :


   Tutelle, système juridique, qui tend plus à l’entrave injustifiée, qu’à une véritable protection juridique.

   Je précise que ces réflexions, me  sont inspirées, de propos, déjà entendus, de ci de là,  mon cas à moi n servant d  que de prétexte, à entendre notamment certaines idées reçues sur le sujet.

 « Une fois qu’on te met sous tutelle il n’ya plus rien à espérer, tu ne t’en sors pas, c’est irréversible ».

    Loin de moi de devoir constater que cette personne prenait soin, de surtout tenter d’obscurcir le plus possible, la moindre chance, de voir la mienne, enfin levée…

   Mai ce qui est étrange, c’est que je ne l’ai jamais entendu dire, de personne d’autre.

 Pour être franche, je n’ai jamais eu la moindre statistique, sur le sujet, je ne peux donc pas en parler.

   Ce que je sais, par contre, c’est que cette tutelle, une fois installée, n’est considérée comme le juge, qu’on moyen de protéger juridiquement, la personne, alors, qu’elle devrait être perçue, par le ou la « protégée » que comme au contraire quelque chose, de beaucoup plus souple, et réversible pour peu qu’on ait mis à l’épreuve le protégé, en question ;

   En effet, beaucoup se comportent vis-à-vis de l’argent, de façon réellement irresponsable, et le seul fait d’être mis sous tutelle, avec les conséquences psychologiques qui en suivent, serait parfaitement susceptible, de responsabiliser d’avantage, les personnes concernées.

   J’entends bien qu’il  arrive souvent, que cette tutelle, apparaisse souvent, dan certains cas, comme étant irréversible, parce que effectivement, le juge a conscience, des le départ, que ce soit nécessaire, et de façon durable.

   Mais je pense aussi, moi que bien souvent, pour certain, il serait bon, de les y mettre, pour générer une prise de conscience…..

   S’ils savant des le départ, que c’est pour une période de 6 mois, ou un an, ils  auraient ainsi, la possibilité, de réfléchir, à la relation, qu’ils ont à l’argent, et verraient ainsi, leur problème de surendettement résolu sur le long terme….

    Pour ce qui concerne, le fonctionnement de cette dernière aujourd’hui, là encore, je ne dispose pas d’éléments précis.

   Mais me concernant donc pour ‘n’importe qui d’autre, aussi, je sais qu’il existe un vrai problème, au sujet du fonctionnement de l’argent, sur les comptes en banque.

   Je précise, que je ne parle pas là, de problème de fraude, ou  d’escroquerie qui s’ils existent doivent être dénoncés, et jugés, mai uniquement, de l circulation, des fonds, sur le plan strictement géographique.

    Une personne mise sous tutelle, pour information, si elle part, quelque part, quelqu’un soit la raison, n’a aucun droit de recevoir la moindre d somme d’argent, de son tuteur, en dehors du département….

    Ainsi, quelqu’un qui est riche, ou en tout cas, aisé, suffisamment, en tout cas, pour voyager lui, par de multiples moyens, chèque cartes bancaires, etc, à la libre décision, de  dépenser son argent, exactement selon son désir.

Certains me rétorqueront, « mais s’il n’a pas le droit, c’est qu’il doit y a voir une raison » …

 Mai quelle raison ?

 Depuis quand quelqu’un qui est sous tutelle, devrait il, être privé du c  droit, le plus élémentaire, de voyager ?

 Que sur le plan juridique, ce soit problématique à l’internationale, et encore je peux le comprendre.

 Mais sur le plan national, non, je regrette, mais pour moi,  c’est parfaitement injustifié.

Le fait, d’être maintenu€, sous tutelle, constitue une grave atteinte, à la dignité.

   Qu’il soit nécessaire, pour une raison, ou une autre, que cette tutelle, soit prononcée, est parfaitement entendable,  d’autant que certaines situations  inconnues  de l’entourage,  voire niées, peuvent sur le plan psychologique être préférable pour la personne à protéger, cela arrive.

   Mais c’est précisément dans ce type de situation, que la personne à protéger, a tout intérêt, elle, ) pouvoir jouir, du fait de s’éloigner, géographiquement, d’un entourage toxique que la tutelle, quia été prononcée, se retourne, contre lui, ou elle, lui interdisant ainsi, par e exemple de partir dans un  autre département, pour y travailler, ne serait ce que en temps que saisonnier, pour simplement retrouver une forme de dignité.



Françoise Niel Aubin

Version imprimable | Actualités | Le Dimanche 24/08/2014 | 0 commentaires | Lu 258 fois



Archives par mois