S'identifier - S'inscrire - Contact


Voter la confiance en "soiecialiste".

Mots-clés : , ,


 Voter la confiance en « soiesialiste ».

 

 Ha la la, comme elle y va,  l’Egérie, « mais est elle vraiment si drôle » ?

 

 Si si je vous assure, enfin moi, je trouve….

    Oui, comme personne ne me répond, j’ai décidé é de faire  tous les personnages, au moins comme ça, je fais ma petite salade, et je suis moi, au moins certaine  d’y retrouver mes marcassins.

    D’ailleurs, pour tout vous  dire, moi, je connais personnellement, Françoise Niel Aubin, et je puis vous assurer, que non seulement, elle est très drôle, mai qu’en plus, elle a un charme absolument dévastateur…

   Quand à sa silhouette, je me souviens , il y a fort longtemps elle m’avait raconté, qu’elle s’était décrit, auprès, d’un de ses copain , un type un peu, « chelou », et elle avait esquivé, en disant  « on va peut être changer de sujet »….

 Mais quel chemin parcouru, sur le sujet, vraiment, non pas dans la façon de se percevoir, elle,

 « Que nenni », non non, elle a fait un régime, je ne sais pas comment elle a fait, enfin, Adriana, franchement, à côté d’elle, et c’est pas Simes, qui me contredira, c’est « quasiment de la daube », c’est vous dire.

 Mais nous en étions aux mot,  « tordre les mots », tous « tarabiscottés », qu’il sont, déjà, avec elle, au point qu’un jour,  non comptants d’être utilisés, comme slogans, pour défendre le mariage pour tous, les rythmes scolaires, les droits des femmes, etc, n’en reviennent pas, d’être ainsi, envoutés, par un désir éfreinné, et pris de convulsions contorsionnistes, dés que c’est elle qui s’y colle….. c’est simple, vous jardinez, et vous regardez mes vers de terre, et bien les mots, « c’est pareil la même chose »…

   Et, pour information, me vient le désir éfreinné, décidément, de donner une petite précision, sur le mot « tarabiscoté », (mais est ce moi, ou mon double, là, qui parle, zut, je ne sais plus), pour simplement  préciser que si j’ai utilisé ce mot, ça n’a absolument rien à voir, avec la boulangerie industrielle, que les choses soient bien claires.

   Et  puis les biscottes, vous savez ce que c’est ces bourriques, là, en fait, dés que vous commencez à les tartiner, il y en a toujours, deux sur trois, qui sont tellement stupides, qu’elles cassent, inévitablement, pour peu que vous n’ayez paris, la précaution, d’utiliser du beurrer Prédisent, alors, « c’est vous dire ».

    Oui, je suis parfaitement, consciente, effectivement, qu’une bonne tranche de pain, aurait tout aussi bien pu  faire l’affaire….

    Mais enfin, de mandez donc au frères Jacques, (je n’ai pas dit Jacquet), « la confiture, ça dégouline, ça passe par les trous de la tartine, bien sûr, on pourrait les boucher, pourquoi, y a-t-il des trous dans l’pain ».

    Bon, alors, pour le cas où certains n’auraient pas encore remarqué, je tiens juste à vous préciser, qu’il existe un une sorte de filin, invisible, et néanmoins, d’une solidité, absolument fondamentale, entre  certains cerveaux, parfaitement « connectés », et bien au-delà, je tiens juste à le rappeler du moindre , filin, que j’irai même jusqu’à qualifier, de « imputrescible », version « câble de satellite », à côté q  des quels ceux de la NASA semblent, d’une pâleur, rigoureusement, ridicules……

   Ha, lala, pauvre Barak Obama, lui qui veut donner des leçons d’honnêteté, à François Hollande, alors, que  « ses grandes oreilles », il y a quelques mois, avaient secoué jusqu’à la moindre petite démocratie,  dans le moindre et plus petit pays, et bien sûr, encore plus, en Europe…

 Pauvre Barak Obama, allez Barak « on y croit »… MDR (merci d’en rire). « YOU CAN DO IT ».

 Mai je vois que je m’égare.

 Comment vous dites ? la CENECEFE ???? Ha, non, non, je ne suis pas encore embauchée, mais là encore, allez, COURAGE, demandez donc, à Renan Luce,  La grande Sophie, et Camille, ils savent y faire, sur ce point enfin, en ce qui me concerne, en tout cas.

 Oui, nous en étions donc, un fil, invisible, qui relie certains cerveaux  d’artistes, donc, à certains cerveaux de politiques…. C’est amusant, de voir, que les frères Jacques, aient ainsi, parlé, à cette époque, du problème absolument fondamental,  je dirai même existentiel,  que représente le fait, d’avoir quelquefois, dans le pain, des trous, aussi vastes que le gouffre de Padirac….. Alors que moi, le mot TARABISCOTTE, à chaque fois que je le prononce, me fait juste absolument hurler de rire…..

 

 En fait, c’est exctement comme la sorcière « trou de gruyère », qui était l’héroïne d’un livre d‘enfant, que je lisais à mes filles.

 Mais voilà, que je ne peux nier, une absolue évidence…. Est ce que l’auteur, de cette histoire est bien consciente, que baptisant ainsi, cette  gentille sorcière,  c’était une façon probablement inconsciente, de sa part, de me signifier, à moi, qui n’était alors, qu’une modeste femme au foyer, et néanmoins, ménagère de moins de 50 ans, que je devrai faire face à un autre probleme, pour le moins existentiel…..

 Pourquoi, donc, le gruyère, qui est un fromage, suisse, a-t-il des trous, aussi beaux, aussi parfaits, et surtout, pourquoi, et dans quel but, ces trous existent-ils ?

 Sont ce des évocations, pour le moins, oniriques, du fameux trou noir, dont  Hubert Reeves lui même, aime tant se gargariser ?

 Est-ce que les poids des trous, vaut bien le choc des photos ?

 Est-ce que le nom TRIERWELLER, est etymologiquement, evocateur, et en famille,, ethimologiquement, avec le mot « trouer », qui nous ramene alors, à ce drôle d’outils, que les fabriquant de meule de gruy-ère utilisent, pour percer et prelever, le cœur, de la meule, alors, que personne, je dis bien rogoureusement personne, n s’est jamais penché, sur le fait, que le meule de gruère, dont il est question, ne subit rien de moins, et ce, à chaque operation, qu’une operation, precisement, à coeu ouvert ?

 Alors qu’on nous emmerde, ni plus ni moins, à se poser la question, aussi ta  fatidique, que les soubresauts, du CAC 40,  version  « CARMAT »…. Pour les novices, je vous explique.

 Le cœur artificiel, dont on nous a rabattu les ….

 Il y a quelques temps, était bien sûr, comme toujours, une affaire de gros sous…

   Alors, bien sûr, quand Simone n’est pas là, Françoise Veil, alors, j’ai dit à mon ange gardien, « écoute COCO, y’a « congre sous gravier », puisque les anguilles, ne veulent plus des roches, ou si vous préférez une « couille dans le pâté »,  je t’assure, c’est pas catholique, leurs salades…

 Et PAF, le lendemain, le pauvre patient  avalait son bulletin de naissance….

 Que les choses, soient bien claires, pour moi, il y a d’un côté, les patients, et les médecins, et de l’autre, les financiers……

 Mais enfin, soyons sérieux, un peu je vous prie.

    Est ce que au sein de l’équipe médicale, il existe ne serait ce qu’un seul chirurgien, qui ne se soit penché, véritablement, sur le sort de cette pauvre meule d’emmental,  surtout si elle est originaire de Lausanne, qui subit, ainsi, sans crier « GARE ! », une opération, à cœur ouvert ?

 Non, bien sûr, c’est comme d’habitude, mais pourtant, enfin, l’Europe, c’est ça, aussi…..

 Mai attendez, parce que nous n’en somme qu’au début, là…

  J’ai « oui » dire qu’au pays basque…

     Enfin, j’ai « non » dire, qu’au pays basque…… On suspendait, sur les façades des maisons, des chapelets entiers, de piments d’Espelette, tout ça, d’une part, « pour faire joli », et ensuite, pour leur donner du piquant……

 Et la déshydratation, vous y avez pensé ?

    Est-ce que quelqu’un, se dévoue, chaque jour, en haut de l’échelle, pour aller, leur donner à boire ?

    Non, bien sûr, c’est comme ça encore une fois, alors, qu’ils sont tous, là, ces petits piments, en train de se  dessécher, bien pire, chacun, individuellement,  que le Christ sur la Croix….

 Et des scandales, « alimentaroeuropéens », comme ça », moi, je peux vous en sortir, hein, je pourrai vous parler, de la pizza, qu’on fait voltiger, sur internet, à chaque début, de vidéo, alors, que la pauvre doit avoir, le tournis, c’est une évidence, alors, que personne, je dis bien personne, n’a pensé à lui donner un comprimé, contre la migraine, ou bien  des légumes, qu’on met à la poubelle,  simplement parce que ils ne sont pas « esthétiques », ce qui à mes yeux, moi, qui suis une fervente défenseuse des droit fondamentaux, des  fruits et légumes, ne fait de constater ainsi, que ça relève ni plus, ni moins, que du délit de facies.

    Alors, moi, je vous le dis franchement, « va falloir changer de braquet, les socialos », là, parce que avoir, le sens de la solidarité, comme ça, et bien franchement, moi je vous le dis, franchement, et bien oui, franchement, et bien on est bien mal barrés, hein, moi, je vous le dis.

 Bon, a  ensuite, juste pour info, je suis en train d’écrire un livre, bien avancé, déjà, sur « la confiance en soie ».

  Oui, "SOIE", parce que j’ai été peintre sur soie, il y a « fort, fort fort longtemps », alors, « la confiance en soie »,  étant en fait, le tronc principal de toute démarche psychologique, et donc, therapeutique,  j’ai trouvé que ce matin, c’était un bon titre !

 



Françoise Niel Aubin , ,

Version imprimable | Actualités | Le Mardi 16/09/2014 | 0 commentaires | Lu 258 fois



Archives par mois