S'identifier - S'inscrire - Contact


Une juge des tutelles, en flagrant delit d'incompetance.

C'était aujourd'hui, le jour de mon anniversaire.

Mots-clés :


    Je parle du juge des tutelles, de ROUEN, celle là même, qui m’a mise sous tutelle, il y a quelques années.

    Aujourd’hui, le jour de mon anniversaire, qui plus est j’étais moi, convoquée, en fin de matinée.

   Elle commençât aussi sec, par me dire que compte tenu de ma maladie, il était nécessaire, que je n  demeure sous tutelle.

   Elle énumérât,  les différentes personnes, qui me disaient « malade ».

    Les 3 expertises, sauf que d’une part, aucun d’eux, n’a eu jamais le courage, de me le dire, mais surtout, en aucune manière, je n’ai eu l’occasion d’avoir accès à ces expertises….

    Elle prétendit, aussi, que ma tutrice, elle même,  le disait, alors que cette dernière, s’était faite remplacée, d’une part, mais surtout, n’a jamais il me semble, prétendu, une chose pareille.

   Elle énumérât ainsi, toute une liste de gens, qui prétendait, qu’il en était ainsi, sans a voir, la moindre preuve d’une part, mais surtout, sans me les montrer.

 J’étais moi, en état de choc, et je le suis encore.

   Elle me fit remarquer, que considérant que l’an dernier, j’étais allée à l’HP, deux jours, je lui expliquais que c’était pour me reposer, elle me fit remarquer que  ça attestait que j’étais malade mentale….

 Alors que cette imbécile, si elle connaissait le milieu social, et les problèmes reliés à la condition féminine, aurait du  sa voir que le seule endroit, où l’on puisse souffler, en pleine sécurité, n’est autre que l’HP, et pour cause, il n’existe aucune autre structure. Puis elle se ressaisît, puis me dit « oui, enfin, vous avez eu raison de le faire ».

   Alors, soit l’on considère, que c’est un bien, et on n’argumente pas, en faveur  de l’hypothèse de la maladie, soit on considère, comme monsieur tout le monde que toute personne, qui franchit, le pas de la porte de l’HP, est un malade mental, et doit donc être mis sous tutelle.

 Elle me dit, « vous réalisez que tout ce que vous prétendez, là, plaide en faveur de la maladie ?»…

   Je lui ai simplement répondu « écoutez, j’ai toujours été « ors norme », je l’ai toujours  su, mais ça n’est pas une raison suffisante, et surtout, recevable, pour maintenir, quelqu’un sous tutelle. »

 

 Je vous mets au défit, de trouver dans mon comportement de tous les jours, ou dans ma façon, de gérer mon argent, un quelconque argument, qui plaide en faveur de la mise sous tutelle ? j  le fait que j’y sois moi, maintenu est profondément injuste et à mes yeux, rigoureusement irrecevable.

    Je me suis battue comme une lionne, pendant trois quart d’heure, pour lui démontrer qu’elle était, dans l’erreur….

   J’ai fini par lui dire « et l’intime conviction, qu’est ce que vous en faite » ?

   Elle me dit « mais ça concerne la cour d’assise, vous n’avez tué personne, que je sache »…

 J’ai répondu, « et alors, ça n’empêche que c’est bien d’intime conviction, dont il est question, ne vous en déplaise. »

    Elle m’a précisé que le psychiatre, avait proposé, que je prenne des médicaments, afin que je redevienne « normale »….

    Auquel cas, ma tutelle serait non pas supprimée, mais allégée en curatelle.

 

  Je lui ai expliqué, qu’il était absolument scandaleux, de voir qu’elle puisse ne tenir compte que des expertises psychiatriques, que l’on m’a à moi, toujours cachées, alors, que plein de personnes, qui elle, me connaissent sont prêtes à témoigner, que cette mise sous tutelle, est déplacée, et n’a pas lieu d’être.

 

 Je vais donc, moi, récolter, ces témoignages et lettres, pour que cette dernière soit enfin levée….

 En attendant, je cesse la moindre lutte, pour quelque cause que ce soit.

    Mon seul et unique objectif, aujourd’hui, est de retrouver ma dignité, qu’on m’a retirée.

 Malheureusement, j’ai complètement oublié de lui expliquer, qu’évoquant, lors de la dernière hospitalisation, à l’HP, j’vais évoqué, l’hypothèse de ne plus écrire,  à Thomas Fersen, ce dernier m’avait u contraire, conseillé fermement de reprendre l’écriture, vers lui.

   Au sortir du tribunal, le malaise que je ressentais, était si profond, que je me suis effondrée….

 Ma conclusion.

 Les juges des tutelles, devraient accorder plus d’importance, aux témoignages des proches, ou amis, qu’aux expertises psychiatriques, qui visiblement, ne sont pas assez fiables ; mais mon cas,  si particulier, n’est pas seul exemple, puisque utilisé, à des fins, de manipulations, mentales, vis-à-vis de moi.

 Ces derniers, devraient recevoir, une formation, dans leur cursus, de psychogénéalogie, puisque souvent, ce sont des enfants, souvent, qui sont tuteurs, de leurs parents.

 UN OUBLI,  "la cerise sur le gâteau".

 je cite, "vou êtes au courant, que de travailler comme ça, produire, en s aussi grande quantité, des ecrits, alors que vous restez dans l'ombre, ça n'est absolument pas normal, et que ça plaide pour la maladie"....

 Voilà

  Elle est tellement conne, et incompetante, qu'elle n'est même pas capable d'imaginer qu'on puisse effectivement se battre, pour autre chose, qu'un statut ou une cause. INCROYABLE, d'être aussi conne.



Françoise Niel Aubin

Version imprimable | Actualités | Le Vendredi 04/04/2014 | 0 commentaires | Lu 235 fois



Archives par mois