S'identifier - S'inscrire - Contact


"Un jour un destin", sur Brigitte Bardot.

Mots-clés : ,


«  Un jour un destin », sur Brigitte Bardot.

 C’était hier soir, sur France 2, à revoir, en suivant ce lien.

http://www.terrafemina.com/culture/medias/articles/48972-un-jour-un-destin-secrets-et-scandales-de-brigitte-bardot-france-2-replay.html

   Je précise, que cet article, sur lequel je travaille,  est sorti, sur internet quelques jours, avant la diffusion de l’émission.

   C’est seulement après l’émission, que je rédige le commentaire de l’article, et que je commente, précisément,  avec la lumière du reportage, lui-même.

LE PLUS. Comment BB est-elle redevenue Brigitte Bardot ? À l'occasion de ses 80 ans, France 2 consacre une soirée entière à l'icône. Invisible à l'écran depuis 2003, elle a accepté de recevoir Laurent Delahousse et son équipe dans sa maison du sud de la France. Frédéric Martin, rédacteur en chef d'"Un jour, une histoire", nous raconte les dessous du tournage.

Il a fallu être très persuasif pour convaincre Brigitte Bardot d’apparaître à l’écran pour ce numéro spécial d'"Un jour, une histoire" en l’honneur de ses 80 ans. Elle n’avait pas fait d’apparition télévisée depuis 2003.

 La seule raison pour laquelle elle a accepté, c’est qu’elle compte sur moi, pour soutenir sa fondation, sur les animaux, c’est pour cette raison que France 2 et Laurent de la housse, ont accepté, eux, qu’elle fasse cette émission.

 

Elle voulait dire sa vérité

 

Nous lui avions déjà consacré un documentaire  de la collection "Un jour, un destin" il y a six ans, mais elle avait alors refusé d’y participer. En voyant le résultat, elle s’était rendu compte que beaucoup de choses se disaient sur elle sans qu’elle n’y apporte de contradiction. Certaines personnes disaient même être ses amis alors qu’ils ne l’avaient pas vue depuis 30 ans… Elle a voulu rétablir une certaine vérité. Sans apparaître à l’écran.

 

Brigitte Bardot ne veut pas qu’on la voit âgée C’est une femme qui n’a jamais touché à son visage, qui n’a pas fait de chirurgie esthétique et qui n’a donc plus la même apparence qu’à 20 ans. Il y a un décalage fou entre le mythe de BB et ce qu’elle est maintenant. Et même si elle l’assume, elle tient à sa tranquillité.

 

   Sur ce point je peux parfaitement la comprendre. Si son problème, ne consistait qu’au décalage, entre ce qu’elle est aujourd’hui, relativement au mythe,  je pense que ça ne serait vraiment pas bien grave ? « pas de quoi, fouetter un chat », en tout cas, et encore moins, « une chatte ».

 

Aujourd’hui, c’est une femme qui vit dans l’isolement total avec ses quelques rares amis, son époux et sa ribambelle d’animaux.

 

Pour notre documentaire, nous avons choisi de poser une question : comment Brigitte Bardot a-t-elle tout fait pour tenter de se débarrasser de BB ? Comment cette femme iconique a-t-elle fini par devenir victime de sa notoriété, harcelée en permanence par les journalistes et les photographes – et ça continue – et a choisi de se retirer de ce monde pour avoir une vie normale ?

 

Elle nous a tous charmés

 

Pour la convaincre de participer, Laurent Delahousse lui a envoyé une lettre manuscrite, comme c’est d’usage avec elle. Car Brigitte Bardot a pour habitude d’ouvrir tout son courrier, d’y répondre… Et elle reçoit encore environ des dizaines de lettres par jour.

 

Elle a accepté de ne recevoir que Laurent et ce n’est que lorsqu’on est arrivés sur place, avec notre équipe de tournage, que la négociation a vraiment commencé. Elle a fini par se détendre et par accepter d’être filmée.

 

Elle nous a tous charmés. C’est encore exactement la femme que l’on imagine : drôle, spontanée, naturelle… Son regard, c’est quelque chose ! Mais rassurez-vous : son charme ne nous a aucunement empêchés d’aborder les sujets qui fâchent.

 

Elle s'est créé une nouvelle bulle

 

Brigitte Bardot vit sans regret, elle assume tout ce qu’elle a fait, tout ce qu’elle a dit. Elle ne regrette rien de son parcours, de ses amours, de ses choix politiques, de son rapport compliqué avec son fils. Elle est passée à côté de cette vie de mère et de grand-mère, mais ça lui va.

 

   Pour ce qui concerne cette bulle, qu’elle s’est faite, là encore, je la comprends parfaitement. Il est vrai, qu’elle a été une victime, c’est une évidence, pas uniquement, des paparazzis, et de la presse à scandale, mais aussi de certains hommes, qu’elle a épousé, et auxquels elle a cru, visiblement, et s’il est un point sur lequelle elle n’est pas attaquable, c’est bien celui là.

 

Même sa célébrité, qui lui a fait tant de mal, elle ne la regrette pas. Car grâce à elle, elle a pu créer sa fondation et servir la cause animale.

 

Le mythe BB s’est en fait construit sans elle, à côté d’elle. Faire du cinéma, c’était une façon de gagner de l’argent facilement. Elle n’y a jamais attaché de l’importance. Elle a arrêté il y a 40 ans et ça ne lui a jamais manqué. À l’époque, elle vivait déjà dans une bulle, elle s’en est créé une nouvelle.

 

Sa vie actuelle est totalement consacrée à ses animaux et sa fondation. Tout son temps et tous ses biens sont investis dans sa fondation. Même sa maison est hypothéquée au profit de cette cause.

 

Ni heureuse, ni malheureuse

 

Aujourd’hui, Brigitte Bardot dit qu’elle n’est pas heureuse, mais pas malheureuse non plus.

 

Elle ne se pose plus de questions existentielles. Son état est un peu contemplatif. Nous le savons tous, elle a connu des périodes très noires, elle a fait plusieurs tentatives de suicide…  Sa vie a été compliquée.

 

Maintenant, à 80 ans, elle se dit sereine.

 

Propos recueillis par Louise Pothier

 Bon, moi, je vais être franche, je suis franchement déçue…

 Déçue parce que j’espérais, moi, qu’à cet âge vénérable, j’espérais qu’elle se serait réconciliée, avec les humains, de façon générale, et que les épreuves de la vie, l’aurait rendue plus u indulgente, vis-à-vis des humains, mais je l’ai trouvée justement, extrêmement froide, et déshumanisée….

   Qu’elle trouve vis-à-vis des animaux, ce que les humains, n’ont pas été capables, de lui apporter, est une chose entendues, et ça, je peux facilement le comprendre.

 Soit. On dit d’elle, qu’elle fût une féministe, et LA féministe, « laissez moi rire ».

    Pour moi, être féministe, c’est au contraire, lutter contre les clichés, c'est-à-dire, au contraire, étant effectivement, « plus que bandante », c’eut alors été plus que facile, justement, derevendiquer, qu’elle avait aussi, un cerveau, et conçu, pour autre chose, que d’avoir une repartie, « potable »…

 Elle fût, jugée, « supérieure », à Marylin. Mais selon quel critère ,

   Marylin, elle, était infiniment plus intelligente qu’elle, précisément, parce qu’avoir gagné beaucoup d’argent, ne lui suffisait pas, et elle eut à cœur, de montrer, qu’elle n’était pas qu’un beau cul….

 On la dit féministe, parce que effectivement, d’assumer, une telle sensualité, « plus si affinité », était considéré comme tel…

   Soit, je reconnais, et je ne suis pas la dernière, que de choquer, quelquefois, peut être une stratégie nécessaire, pour donner un coup de torchon, ou un bon coup de pied, dans la fourmilière ? c’est vrai.

   Mais enfin, si au moment où l’on donne le coup de pied, dans la fourmilière, ou n’a pas déjà, en tête, la façon, dont on va gérer, les répercussions, et comment on va ainsi, gérer la stratégie, pour servir, l’idée que l’on veut servir, je trouve que c’est une attitude, parfaitement conne, et irresponsable.

   J’ai bien entendu, cette anecdote, sur l’aide soignante, dans l’ascenseur, quand elle se fait humilier, et cracher dessus, je crois, je la connaissais déjà.  Et je comprends fort bien, l’effet que ça  a du lui faire.

    Mais pourquoi, ne pas avoir, choisi, à ce moment justement, l’occasion d’ouvrir  le débat, pour essayer de comprendre ? Là, son attitude, eut été effectivement, infiniment plus féministe, c’est une évidence.

  En choisissant ses films aussi, elle aurait parfaitement pu, rendre son parcours, ainsi que son image, infiniment, plus profonde, et plus fouillée ? Mais elle fit des choix, qui ne mettait en relief, que sa personne physique, et l’incarnation, du pécher…

   Dans ces conditions, je ne vois pas comment il pouvait en être autrement.

    Pour ce qui concerne, le fait d’avoir abandonné son enfant là, encore, sa façon, de gérer son attitude, à cette époque, en dit bien long, et si l’on peut admettre, et accepter qu’elle eut du mal, à gérer la culpabilité, que dut être la sienne, à l’époque, il en ava tout autrement, quand écrivant un livre, une fois son fils, devenu adulte, elle s’en prend à lui, et à son père….

    Pour information, à cette époque, Jeanne moreau a eu je crois, elle aussi, un enfant, qu’elle fit élever par une autre femme. J’ai en mémoire, moi, les propos de Jeanne, sur le sujet où elle avait expliqué, le plus simplement, du monde, qu’elle ne pouvait pas l’élever.

   Les raisons, n’avaient pas à être évoquées, puisque ça relève de la vie privée, et donc, n’a pas à être racontées où que ce soit. Elle avait simplement, dit la chose suivante.

   Cette femme, l’a élevé, comme si c’était le sien, c’est elle, et elle seule, qui fut et qui est sa mère, et surtout pas moi ».

  J’avais trouvé cette position et ce jugement, d’une telle intelligence, que ça m’a marquée, à tout jamais, mais c’est à ça qu’on reconnais, une grande femme ». si l’est deux personnages, pourtant, de la même génération, qui sont aux antipodes, l’une de l’autre, c’est bien  Jeanne Moreau, et BB.

   Pour ce qui concerne l’instinct maternel défaillant, de façon générale, c’était un problème plus grave jadis puisque la vie associative n’existait pas, les médias, étaient infiniment moins  au fait  de ce problème qu’aujourd’hui, et les réseaux sociaux susceptibles, d’aider les mamans, n’excitaient pas non plus.

   Mais la raison  pour laquelle BB, ou Jeanne Moreau, ainsi que bien d’autres, aussi, peut être ? ont abandonné leurs enfants, avait aussi une autre raison, qui était qu’ il semblait absolument impossible, d’être « une bonne mère », et en même temps, une femme de spectacle, quelque soit, la spécialité.

   Ainsi, une femme qui montait sur scène était elle, le plus souvent, et encore trop souvent aujourd’hui apparentée à une prostituée, alors, partant de cela, pour peu  que l’instinct maternel  soit un peu défaillant, il était parfaitement cohérent alors par Amour pour l’enfant en question, on le confie à une nourrisse, pour se charger de son éducation.

   Mais hier comme aujourd’hui, une maman, qui a des difficultés, d’ordre relationnelles, avec son enfant, est très mal perçue.

   Mais s’il est un point, où j sais, que j’ai réussi à arrondir les angles, au moins en partie, c’est notamment sur le fait que ces professions, n’apparaissent plus aussi tabous, qu’auparavant, relativement aux grossesses, et au rôle de mère et j’en suis fière.

   Mais bien au delà, de m la maternité, s’il est un point, que moi, je note, dans la relation de BB, avec les animaux, c’est bien sur le fait, qu’à ses yeux,  le lien, pourtant véritable, qui existe entre, l’animal, et l’humain, à ses yeux, a été toujours systématiquement occulté, et moi, c’est une chose, qui je trouve profondément triste….

 Je comprends fort bien, que tous les défenseurs des animaux, attendent après moi, pour que je veille, sur sa fondation, et sur les autres, qui sont similaires, quand aux causes communes, et je ne ferai aucun exclusion, ou aucune discrimination, sur le sujet, ça va sans dire.

   Mais quand elle dit, que François Hollande, « la suit » sur certaines de ses revendications, je tiens juste à préciser, que d’une part, ça n’est pas elle, qu’il suit, mais moi, et que s’il le fait, ça n’est pas « pour moi », mais pour les animaux par ce qu’il sait, selon mes travaux, que les animaux, qui sont  en deo hors de la consommation de viande pour l’alimentation, une aide précieuse, pour aider les humains, depuis leur naissance, et jusqu’à leur mort, et que ça ne risque pas d’être parce qu’il est béat d’admiration, devant BB, qu’il risque de donner satisfaction, à mes demandes.

 Quand à ses relations, avec le FN, je dirai, pour être franche, que je m’en tape, comme de ma première brassière ? rien que d’imaginer, ses potes, du FN, en train de vider d les écuries, je dois dire que je suis, moi, porte de rire…

   En fait, je ne pense, moi qu’aux animaux, et je tiens à préciser, que ça n’est pas la Fontaine, qui risquerait de me contredire, si l’anachronisme, ne nous empêchait, de voir, ses fables remises aux gouts du jours, mais si les animaux, qu’à BB, dans son parc étaient doués de paroles, je pense que la Fontaine, alors, qui n’est que le copieur, d’u autre auteur, plus ancien, pour information, passerait, par toutes les couleurs, de l’arc en ciel……

   En fait, BB, ne remerciera jamais assez le ciel, que les animaux, n’aient jamais su parler tout court, et parler français, plus particulièrement, parce que je ne sais, alors quelle cause, BB, aurait pu adopter, pour sauver son âme.

 

 

 

 



Françoise Niel Aubin ,

Version imprimable | Actualités | Le Mercredi 24/09/2014 | 0 commentaires | Lu 412 fois



Archives par mois