S'identifier - S'inscrire - Contact


THE ou CAFE, la compil, de fin juin 2014.

Mots-clés : ,


THE ou CAFE, « compil ».

 C’était la dernière émission de la saison, avant les vacances d’été.

http://culturebox.francetvinfo.fr/emissions/the-ou-cafe/toutes-les-emissions

   Je commence par faire une mise au point avec l’équipe, pour qu’il n’y ait pas de malentendu.

   Il y a une certaine émission, qui avait justifié, à juste titre, que je sois véritablement fâchée, dont je n’ai pas à débattre ici d’autant qu’un débat, se fait  au moins à deux, et que je monologue….

    Mais il se trouve qu’une fois « travaillé » le sujet, et compris la cause véritable, comme avant, et comme pour bien d’autres émissions de la chaine, je n’ai pas regardé, ou regardé, que quelques unes, et que c’est uniquement  par manque de temps, que je ne les ai pas toutes regardées, et bien uniquement à cause de cela….

   Quoi qu’il en soit sur le sujet, je précise que pour certains invités j’étais bel et bien devant ma télé, et que c’est une émission que j’aime énormément. (et pas j’aimais).

    Le gros avantage de cette émission comme généralement toutes celles qui offrent un temps suffisamment long, donne l’opportunité de fouiller plus  que d’habitude  la personnalité  de l’invité, et d’ainsi, donner une image de ce dernier ou de cette dernière  plus inattendue, et plus explicite aussi.

    Il est possible, qu’aux yeux de certains ça puisse sembler anecdotique ou sans importance, alors, que c’est au contraire tout à fait pertinent parce que ça modifie sensiblement  la perception, qu’a un certain public, vis-à-vis de certains d’entre  eux.

   Pour tout vous dire, maman est très fan, de Catherine Ceylac, et quelque soit l’invité, elle la regarde quasiment systématiquement, et  y  trouve vraiment son compte.

    Oui, je sais, j’enfonce une porte ouverte mais enfin, ça n’est pas la première fois, et comme j’ai plutôt, pour habitude assez souvent, de défoncer certaines portes, à coup d’épaule, voir, en cas d’extrême absolue nécessité, à grand coup de latte, voir pire, je crois que de temps temps, franchir, un pas de porte quelqu’un en soit  la nature,  en ne faisant que constater que la porte est ouverte, pour moi, est infiniment plus agréable et du coup, donne de moi l‘image d’une femme (au fait suis-je vraiment une femme ??? Mouarffff !), quelque peu civilisée !  ce qui n’est pas pour me déplaire.

   Pour cette émission en particulier je dois dire que le montage m’a donné à voir beaucoup de gens que j’aime énormément et sous des angles, tout à fait pertinents, et passionnants.

    Il est probable que je vais oublier certains commentaires vu que je n’ai rien noté mais enfin, l’écriture automatique, ares, simplement, s’être laissé à aller au plaisir, simplement et pour une fois, « sans prendre de note », ne peut me faire à moi, que du bien.

   Je vais commencer par ce qui serait susceptible de fâcher, comme ça, ensuite, on en viendra, à ce qui est plus agréable.

 Je dis « susceptible de », puisque ça n’est qu’une hypothèse que je balaie bien vite.

 Je veux parler, de ce que dit, JP Coffe, au sujet de la prostitution.

    Pour ma part,  si je condamne la prostitution, je tiens à préciser, que de reconnaitre, qu’on ait pu y a voir recours, à certaines périodes de sa vie, et en faire la promotion, sont deux choses, bien différentes, à mes yeux.

    La perception, qu’on a de ce terrible phénomène, dans les années 60, 70, et aujourd’hui, par e exemple est quand même je pense, y compris, pour des « clients », anciens, clients voir, clients d’aujourd’hui, est je pense assez différente.

   Je précise que sur ce point,  j’ai déjà beaucoup travaillé, et que c’est que cause qui moi, me tient toujours à cœur, et qui comme certaines autres, ne se trouvent en mode « pause »  que parce que ma situation, à moi, sur le plan juridique, est des plus injuste et scabreuse, et qu’à ce titre, il m’est impossible, d’y travailler.

    Pour moi, ce sont autant de dossiers, qui me sont chers, pour lesquels, ma motivation, est toujours la même, et qu’il suffit que l’on satisfasse à mes désirs, pour que ne réouvre ces dossiers.

 Pour clore le sujet en particulier et faire court je ne dirai qu’une chose…

   S’il suffisait qu’une homme ne fréquente pas les prostituées, pour qu’il soit ce que j’appelle « un homme bien », ça se saurait au moment où je vous parle, il meurt une femme, tous les deux, sous les coups de son mari, amant, concubin, etc (je n’ai pas les chiffres, récents), et que dans la majorité des cas, il ne s’agit absolument pas de prostitution….

   Je pense que les relations, que les hommes ont avec les femmes, sont d’une extrême complexité, individuellement, et ça serait bien stupide, de vouloir, faire du phénomène « prostitution », un raccourci absolu, et caricatural, de ces relations là.

 Bon, « ça, c’est fait ».mdr.

   Pour le reste, je dois dire que cette compilation m’a énormément amusée… Surpris aussi, pour le côté psycho, pour être franche. Je savais que le milieu artistique, était bourré de « cas », comme on dit vulgairement, mais je crois décidément, qu’à ce point là, je ne le savais pas……

 Enfin, je plaisante, bien sûr que si, je le savais.

     J’ai toujours eu conscience, moi, des mon plus jeune âge, que le fait  de se sentir « différent », était d‘une certaine façon, « un don du ciel » , qui d’une part, était bien lourd, à porter, c’est une évidence, mais qui par contre au fur et à mesure que l’on grandissait, devenait, une arme absolue, pour survivre, à la souffrance, et je l’ai compris, au moment de l’adolescence, pour transformer, ce qui nous coulait…..

 C’est Emmanuelle Béart, qui explique cela, et elle a mille fois raison….

    Je pense moi, que certaines personnes, à la base, n’ont pas nécessairement un quelconque talent, et leur cerveau, met à leur disposition, un don, ou une aptitude, qui du coup, bien sûr va éclore, d’autant plus facilement que son environnement, va lui permettre d’une part, d’en prendre conscience, mais aussi, va le développer, pour résoudre, d’une certaine façon « en interne » la souffrance qu’il ou elle a subi….

   Ce que je prétends là, n’engage que moi, bien sûr, mais c’est ce que je pense, depuis bien longtemps, et ce que je vis moi, affectivement, et émotionnellement, ainsi  que ce que j’observe aussi  sur les autres, qu’ils soient célèbres ou pas, me conforte  dans cette idée.

    Mais je dois reconnaitre, que cette émission est vraiment très amusante, dans ce qu’elle montre, de la personnalité, des artistes, de façon générale, et j’admets, que je me sens pour le cas, je n’irai pas dire « normale », (qu’est ce que c’est qu’être « normale » ???), mais je pense que je serai tout à fait à ma place, sur le canapé, sans aucun problème….

    La marginalité de celle que je suis, (et non pas de ce que je suis devenue) j’en ai toujours, moi été parfaitement consciente, et c’est parce que je suis « non conforme à mon milieu, et à ma famille d’origine », que j’ai pété les plombs il y a 10 ans et rien de plus, mais moi, personnellement, cette marginalité, je l’ai moi, toujours, personnellement  connue, et assumée autant que ça m’était possible et infiniment plus, et plus pleinement, depuis  10 ans.

 J’ai bien noté certains commentaires relatifs, à des problèmes de communication, lors de tournages, où je sais que je suis moi « la bonne personne », pour y remédier, j’ai beaucoup aimé, ce qu’à dit, Clovis  Cornillac,  sur son métier… et puis la position quand à la pudeur lors des tournages, aussi.

 Je pense moi, enfin, je crois, beaucoup plus à la suggestion, en matière de sexe, au cinéma…

 Il est probable que certains se disent « oui, enfin, c’est  de la pudeur excessive, etc »….

 Bon on va tout de suite, mettre les choses au clair sur ce point.

   Ce que l’industrie porno, peut penser de moi, je vais rester correcte, et ça me demande beaucoup d’effort croyez moi sur le sujet je m’en fous,   royalement….

    Enfin, si quand même, qu’il sachent que je les emmerde, enfin, que nous les emmerdons, à pied, à cheval, et en voiture, et que si je dis  moi, haut et  fort, que les producteurs  de films porno, tant qu’ils ne m’auront pas démontré, véritablement qu’ils sont d’une part, capables de produire des films  pornos, où la femme, ne soit pas traitée comme une prostituée, d’une part, et qu’ensuite, ils sont assez respectueux de la femme  pour investir  dans les techniques  cinématographique, les plus pointues, pour que leurs actrices, ne se prostituent plus, je les considérerai pour ma part, comme des proxénètes,  avec tout ce que ça comporte,  au sujet de mon éventuelle collaboration, au sein du ministère de la Justice, d’une part, mais aussi, du ministère de la Culture, d’autre part.

   Bon, enfin, voilà, en fait, ça m’a fait énormément de bien, de voir, cette émission, voilà, j’ai oublié des trucs, mais enfin, voilà, merci beaucoup, et à bientôt, j’espère ».

 



Françoise Niel Aubin ,

Version imprimable | Actualités | Le Lundi 18/08/2014 | 0 commentaires | Lu 172 fois



Archives par mois