S'identifier - S'inscrire - Contact


Les soit disant mauvais resultats de l'économie française.

Mots-clés :


http://www.lejdd.fr/Politique/Moscovici-Il-nous-manque-l-etincelle-680754

 Je précise que je cautionne moi, parfaitement son discours.

 La vérité réside dans le fait que nous sommes, dans une société, qui est en plein évolution j’ai bien dit « évolution », et pas « révolution »….

   Cette évolution, se fait, depuis plusieurs dizaines d’années, et les présidents, antérieurs, ont largement surestimé, ces évolutions là…

    Bien sûr je comprends fort bien que pour beaucoup, le chômage, soit un problème véritable (je sais de quoi, je parle), mais je pense que beaucoup de gens et de famille fonctionnent encore selon des critère, qui étaient bons, dans les années 70 et encore….

   Le mot CROISSANCE attribué, généralement au secteur économique, devrait être employé je pense pour des choses, différentes, en tout cas, autres, que ce que l’on rabat les oreilles, depuis toujours.

   Ce matin sur France inter, j’ai entendu, un économiste (humaniste aussi visiblement, ce qui n’est pas pour me déplaire) qui s’appelle FREDERIC LORDON quia écrit un livre qui s’appelle LA BOURSE…..

 Alors chaque jour, on nous donne des nouvelles effectivement de  LA BOUSE…

   Au moins, si elles étaient deux, par pays, on aurait pu appeler ça, des testicules, et j’ose espérer, que vous aurez remarqué, que je fais un effort surhumain, pour ne pas  me laisser glisser sur une pente plus scabreuse, voir libidineuse.….

 Le parallèle que je fais, moi, effectivement, c’est qu’aujourd’hui, au moment où moi, je vous parle, on sait que les hommes, en occident surtout, voient leur taux, de fécondité de leurs spermatozoïde, baisser, à cause de la pollution qui nous agresse, de toute part…..

 Alors, de là à penser, que de nous emmerder, littéralement à nous donner des nouvelles des testicules boursières, chaque jour, serait un moyen de compenser, il n’ya qu’un pas, que je franchis allégrement.

 On nous parle, de pouvoir d’achat soit, je comprends fort bien…..

 Mais pour quelle raison dites moi,  le verbe « consommer », a-t-il aujourd’hui, comme toujours, hélas, une importance aussi fondamentale ?

 Je sais, je sais, il se trouvera toujours, quelques révoltés, qui ne voudront rien entendre, à mon discours, c’est tellement plus facile.

  Mais je vais vous raconter un truc, vous allez voir, ça va vous faire réfléchir.

 Je ne sais pas si c’est très raisonnable  de pratiquer ainsi, mais quelquefois, certaines histoires éclairent infiniment plus que bien des discours.

 C’était il y a une dizaine d’années environ, je subissais, une dépression nerveuse, d’une extrême gravité.

    Mon mari, et moi, ne roulons pas  sur l’or, certes, mais on avait un toit sur notre tête, et à manger dans le g  frigo, la sécu etc, enfin, bref… pas à plaindre et pas riches non plus.

   L’état psychologique, dan lequel je me trouvais, était tellement grave et tellement alarmant, que quasiment personne n’était en mesure d e me venir en aide.

 Et je me souviens a voir eu, avec mon mari, une discussion existentielle, et je lui ai dit.

 « Tu vois, ce que je ressens, là, le merdier, dans lequel je suis, imagine que sur notre compte, nous ayons eu dix fois plus d’argent, peux tu me dire, en quoi ça aurait pu changer  quoi que ce soit, à ce que je ressens au plus profond  de moi ?

 Il était d’accord avec moi.

   Un jour quand j’étais ado, en 4uième, je crois, nous étions, en cours de math, je n’ai quasiment, à de rares exceptions prés, jamais é aimé ça.

 Dans les années 70 la sélection par les maths devait être bien pire qu’elle ne l’est aujourd’hui.

   Je peinais devant un truc, en Français, mais je dois a vouer que je ne me souviens plus du tout, de quoi, il était question.

    Mon prof, vint vers moi, il attendait de moi visiblement, une réflexion, « conforme », je suppose, au modèle,  enfin,  à un modèle,  en tout cas je suppose , que bien évidemment compte tenu de ma nature alors que je n’vais rien contre lui, je n’avais absolument pas l’intention de lui fournir….

 Comme il était pas loin, je l’ai interpellé… J’ai su, ensuite qu’il était communiste, mais je ne pense pas, que je le savais, à l’époque.

   Et je lui ai dit ceci : « De toute façon, compter, compter,  compter, il n’y a vraiment que ça, qui compte à vos yeux, comme aux yeux de tous……

  Regardez, on nous prend vraiment pour des veaux vous pensez vraiment, que ce qui est important,  c’est de sa voir compter ?

   Si vous êtes nul en math,  on vous colle sur une voie de garage, parce que vous ne rentrez pas dans le moule, de celui qui sait compter….

   Oui, j’en vos certains qui se disent, « et bien dis donc elle a commencé jeune », on peut dire ça effectivement.

   15 ans j’avais 15 ans et en cours de français commencer à philosopher visiblement n faisait pas partie du programme, et voyez où ça m’a menée.

   C’est que déjà, moi, j’avais de très lourdes valises à porter des valises, d’ordre psychologique, dont j’étais moi, la seule à connaitre l’existence et j’étais pleinement consciente, que ça n’était pas, par l’argent, que ces valises se trouveraient elles plus légères.

 Mais entendons nous bien, mon but ne consiste pas, à se demander, si « c’est mal », de gagner de l’argent non bien sûr que non, d’ailleurs, moi, l’argent, j’adore ça c’est lui, qui visiblement ne m’aime pas    ! mdr….

  Mais il se trouve qu’il existe énormément de choses, qui nous aident à trouver   quelques moments de bonheur et qui n’ont rien à voir avec l’argent, et que personne n’en parle jamais.

   Je pense que ce problème de valeurs est un problème absolument fondamental et que beaucoup de personnes, ne voient leur vie et leurs mœurs que relativement, à leur pouvoir d’achat ce que je trouve absolument navrant.

    Hier matin non avant-hier, il y avait sur France inter Stéphane le Foll, porte parole du gouvernement qui était invité, à France Inter sur les soit disant mauvais résultat, de l’économie, de la France.

 Un homme l’a interpellé, parce que arrivé en retraite, il trouvait qu’il payait trop d’impôts.

 Il dit la chose suivante « vous imaginez je vis à Karouf, je ne sais pas comment je vais faire »…

   Et bien pour être franche s’l peut se permettre le luxe lui, d’entrer dans un hyper marché je trouve moi qu’il fait encore partie des privilégiés parce que moi, je ne peux pas me le permettre.

   Je tiens à préciser que je n’ai rien contre eux, en particulier, mais je précise juste, que le fait de consommer est une forme de drogue dont beaucoup sont absolument persuadés, que c’est là, un véritable curseur de leur bonheur, personnel, ce que je trouve moi absolument hallucinant…..

   Il n’a qu’à aller tut simplement faire ses courses, dans un hyper qu’il déteste déjà, et il réduira ses dépenses, d’au moins, la moitié, et réalisera qu’il a acheté juste l’essentiel…..

    Beaucoup sont absolument persuadés que l’argent est le remède à tous les maux alors qu’ils sont à côté de leurs pompes…. Au travail quand on a la chance d’en avoir un bien sûr, le fait d’y aller avec plaisir parce que l’on se sent respecté est à mes yeux, infiniment plus précieux, que le chiffre, qui est en bas de la fiche de paie.

    En fait ce qui me gonfle véritablement je vais moi vous dire c’est que ceux qui aboient aujourd’hui, contre le gouvernement actuel ne sont absolument pas, ceux qui eux, (dont je fais encore partie) ceux, qui sont effectivement, dans une réelle difficulté, mais plutôt ceux, pour qui le  pouvoir d’achat ne bouge que très peu, ou en tout cas n’affecte que peu, leur mode de vie, et leurs us et coutume….

  Voilà, moi, ce qui me blesse profondément.

    Et puis enfin soyons francs, Oui, effectivement, les valeurs humanistes c’est bien, mais enfin, « qui c’est qui paie, c’est encore bibi », en gros, c’est ce qu’ils se disent eux, qui aboient n’est ce pas ?

 Mais alors dites moi, « on fait quoi, alors ????

 Pour l’Afrique, on fait quoi  il faut bien le trouver cet argent, non ?

 Et pour l’Irak on fait quoi ?

   On pourrait, bien sûr, faire la politique de l’autruche, mais je ne pense pas, que ce soit « raisonnable », la mondialisation, elle est là, et bien là et si nous ne nous en soucions pas véritablement comme le préconise le FN, par exemple, et bien nous n’en aurons, que les côtés négatifs et aucun côté positif….

   Aujourd’hui, pour fabriquer un objet, là où il fallait 20 personnes, il y a 30 ans ou 40 ans aujourd’hui, aujourd’hui, on demande à u robot de s’en occuper, et on trouve ça normal….

    J’écoutais, aux infos,  le PDG, d’une usine française qui construit, ces machines, qui n’ont pour seul objectif que de supprimer, les travailleurs….

   Donc, cette usine, se plaint, qu’on en exporte pas assez…. Il fabrique, lui, du matériel, qui sert à supprimer, des travailleurs, et il se plaint…..

    Cette mutation, économique, elle a commencé à se faire, mais  elle doit se faire, dans la continuité, progressivement, et surtout pas brutalement…

    La relation que l’humain, a à l’argent, est une relation que je qualifierai, moi, de relativement dangereuse, s’il n’y prend pas garde ? et ces évolutions, de notre société je tiens à le préciser, ne nous concerne pas nous uniquement mais aussi, l’Europe et le monde entier.

    Aussi quand on sait que d’autres pays parait il tirent mieux, leurs épingles du jeu, il est des domaines, qui pourtant sont parfaitement liés, à l’économie, et dont personne ne parle, et qui devraient à mon vis entrer d’avantage en ligne de compte, qui sont les facteurs  strictement humains…. C'est-à-dire « protection sociale droit du travail, etc » si ces critères, étaient considérés sur le même niveau que le chiffre d’affaire, notamment, il y a fort à parier, que  le classement serait bien différent.

    Quand à ceux qui voient dans l’Asie du sud Est ou une quelconque autre région du monde comme une forme d’eldorado économique je tiens juste à leur rappeler que ces pays voient aussi leur population connectée, de plus en plus aux pays occidentaux, et à ce titre ont de plus en plus conscience, des véritables enjeux, des sociétés capitalistes et qu’il ne se laisseront pas faire, et ça n’est pas moi, qui me priverai, je tiens à le préciser, de les y encourager.

 



Françoise Niel Aubin

Version imprimable | Actualités | Le Dimanche 17/08/2014 | 0 commentaires | Lu 199 fois



Archives par mois