S'identifier - S'inscrire - Contact


Parias, et Mantor sont sur un bâteau.... Merde, les barriques sont vides !

Non, suis je bête, Paman, et Riator.....

Mots-clés : , , , ,


PARIA, vous avez dit, « paria ».

    C’est Marine le Pen qui a sorti, ça, il y a quelques jours, que son père aimait les parias c'est-à-dire, ceux qui sont rejettés de partout.

 J’ai connu un vieux monsieur, comme ça, qui avait cette particularité.

   Certes, le jour, où il mourrut, tous ces gens, les clochards, les delaissés, n’avaient pas osé entrer dans l’Eglise, puisqu’ils n’était pas convenable, à leurs yeux, qu’ils manifestent, un temps soit peu, une quelconque amitié, par devers le mort, risquant de « salir », ainsi, la réputation, de celui que l‘on enterrait.

   Ce mot, donc, fût utilisé, dernièrement, par Marine le Pen, au sujet de la relaton, qu’il avait avec Dieudonné, qui le choisit donc, comme parain, pour l’une de ses filles.

   Il est vrai que vu sous un certain angle, on serait tentés, de penser qu’apres  tout,  de voir ainsi donner son amitité, à de pauvres messieurs, souvent esseulés, plaqués par leurs épouses, quand ils en avaient eu une, sombré dans l’alcoolisme, le plus souvent, avant, ou après la rupture ou le divorce, mauvais péres, assez souvent pour avoir été eux enfants, le plus souvent parfaitement délaissés, niés, ou abandonnés par leur géniteurs…..

    Mais à bien y regarder de plus près, les choses sont infiniment plus subtiles que cela à observer.

 On dit, qu’au royaume des aveugles, les borgnes sont rois, ce qui pour JM le Pen, est la moindre des commentaires.

 En effet.

    S’il est une chose, que j’ai, moi bien observé dans les relations dans ce type de groupe, c’est que le « dominant », qui prétend paterner, comme un mantor, dans cette relation,  ne fait d’une part, que se donner bonne conscience, à grand coup d’appero, qui « distille », comme un soit disant signe de bonne amitié, alors que ça n’est qu’une façon, de les acheter, vu qu’ils sont assez portés le plus souvent sur la bouteille.

    Mais surtout, ce qui est « remarquable », c’est que ceux qui croient, venir chercher, ne serait qu’un peu d’amitié, trop contents, qu’on les régale en liquide, ne risquent surtout pas d’oser les remettre en question, de quelque sorte que ce soit, sur leurs parcours personnels, vu qu’eux, n’ont guère fait mieux.

    Ainsi, ces « mantors » qui ont la particularité, généralement, de voter extrême droite, se donnent ils, bonne conscience.. 

   Mais je ne suis là, bien « langue furchue », il est vrai… Car il arrive aussi, que malgré les beuveries occasionnées, plus ou spectaculaires, selon que le mantor, a ou pas un vie maritale, qui fait qu’une femme, va mettre le hola, pour que l’on reste dans la  descence, d’une alcoolisation « recevable », des amitiés sinceres fassent jour, et que la communication, ainsi, avec ou sans alccol, serve vraiment à panser les plaies, des uns ou des autres, selon les principes, de bienveillances, qui siet aux humains, dans quelque contexte social qui soit.

    Mais il arrive aussi, que le mantor en question, avec ou sans alcool, mette un point d’honneur, à ce que « ses valeurs », leur soient bien transmises, à savoir,  « transmettre la charia, comme une valeur absolue de l’Islam », inciter, un jeune adolescent, à être initié, sexuellement, par la prostitution, comme etant là, encore, une methode recevable, vis-à-vis des femmes, en général….la delinquance, le terrorisme, lesviolences faites aux femmes, etc……

   Bien sûr, j’imagine que certains, en me lisant, lèvent les yeux aux ciel, en pretextant, que je suis une bien mauvaise langue, langue de vipére, diront certains, en donnant, à l’alccol, des vertus, au patriarcat, pas bien reluisantes…

   Mais je ne fais là, mesdames et messieurs, qu’éclairer les choses, telles, qu’elles se trouvent, et pas autrement.

   Que l’alccol, soit dans de telles reunions, un veritable fleau, qui sert de pretexte aux pires exactions, dont l’être humain est capable, ne fait abslument aucun doute, et tout le monde le sait fort bien.

    Mais je vois déjà, la totalité, de la branche viticole française, me tomber sur la soie, pour me faire la peau !

   Je suis INTOUCHABLE, messieurs, et je vous emmerde.

 Pour les MANTORS de passage, qui se posent des questions, sur leurs responsabilités, je ne saurai trop leur recommander, de simplement reflechir, d’une part, aux valeurs qu’ils transmettent, à leurs protégés, mais aussi, au rôle, que joue l’alcool, dans leurs reunions.

   Loin de moi, l’idée, de jouer les sainte patronne, et « empêcheuse de faire la java ».

   Mais je tiens juste, à bien eclaircir, la situation, afin que l’on s  ne se meprenne pas, sur mes intentions.

   Je considére, moi, que de boire de l’alcool, n’est recevable, que quand on est au clair, sur la place que sa consommation, tiens teellement, dans la vie de chacun.

   Ainsi, il est absolument instructif d’observer, quand dans les beuveries de mantor, dont il est question, si vous retirez tout alcool, il s’installe une forme de malaise,  suffisamment palpable, pour que l’envie de se reunir, elle disparaisse.

   Ainsi, vous découvrez, avec stupefaction, que la seule et véritable raison, pour laquelle, vos « amis », venaient, ne consistait, qu’à a voir leur dose, et rien d’autre.

 Ceux, qui reviennent, pour ne boire que de l’eau, ou des jus de fruits, sont les seuls amis véritables, à mon sens.

 Je precise, que ce que je pretends là, n’est que le fruit, de emes observations.

   Je ne pretends pas, moi, en disant ce là, que de boire de l’alcool, en reunion, soit systematiquement dangereux, ou néfaste, pour qui que ce soit, mais qu’il est  juste interressant, d’en avoir conscience et que le simple fait, au sein d’un groupe, de tenter l’experience, afin d’ouvrir le debat, ne peut être qu’enricchissant, pour determiner, le type de relation, qu’on entretient, avec ses amis.

 Mas revenons à cette histoire e mantos.

    Mais je vois que je m’en prends aux vieux messieurs, alors, que ce phénomène de domination psychologique, se produit bien plus tôt, comme à l’age de l’adolescence, qui est l’age, je crois, le plus cruel…..

    L’instinct de domination, à ce moment de la vie, est je crois, à son paroxisme, et de vouloir absolument paraitre, à défaut d’être, justifie, les comportements les plus fourbes et les plus bas, que l’être humain, ne manifestera probablement plus jamais, de son existence.

 On dit, en effet, que l’homme est un loup, pour l’homme…

    Dominant, dominé, dominé, d’abord, puis relevant le nez, dominant, pour exhorciser, la domination, dont on a été victime .

 Benabar en a fait une magnifique chanson.

 



Françoise Niel Aubin , , , ,

Version imprimable | Actualités | Le Samedi 18/01/2014 | 0 commentaires | Lu 296 fois



Archives par mois