S'identifier - S'inscrire - Contact


Marion Marechal le Pen, à "Valeurs Actuelles".

Mots-clés : , , ,


http://www.valeursactuelles.com/grands-entretiens-l%E2%80%99%C3%A9t%C3%A9-%E2%80%9C-france-fin-d%E2%80%99-cycle-politique%E2%80%9D

Politique

Mercredi 27 Août 2014 à 08:32 (mis à jour le 27/08/2014 à 09:16)

Marion Maréchal-Le Pen : "La France est à la fin d’un cycle politique"

Mon commentaire apparait en vert.

 

Benjamine de l'Assemblée nationale. Marion Maréchal-Le Pen n'envisage pas la suite de sa vie politique sans un passage dans le privé. Photo © AFP

 Sur ce point, je peux la comprendre, c’est plutôt à son honneur, puisqu’elle ne fait de la politique, jusqu’( ‘à présent, que par opportunisme relativement à son nom, elle parviendrait ainsi, si l’envie lui prend à retrouver une forme de légitimité, ou même de prendre d  ses distances, quand aux valeurs que son nom lui impose, et qu’éventuellement, elle serait en mesure, de remettre en question, ou de renier.

Interview. Consciente de “l’impuissance politique” auquel son isolement la réduit à l’Assemblée, l’unique députée du Front national dresse un tableau sans concession du pouvoir socialiste, distribue les bons et les mauvais points à l’opposition et évoque son avenir en dehors du FN.

Craignez-vous le retour probable de Nicolas Sarkozy ?

Nicolas Sarkozy a échoué dans sa tentative d’incarnation de l’homme providentiel. Il a mis son parti et son pays à genoux, trahissant ses promesses et méprisant le vote des Français sur la Constitution européenne. C’est un homme du passé, il parvient à survivre politiquement uniquement grâce à la médiocrité de son successeur. Aujourd’hui, il sert habilement la gauche en détournant le regard de la politique gouvernementale vers ses frasques.

 Pour moi, c’est une interprétation. Pour information, la volonté de transparence voulue par les gouvernement successifs de François Hollande ont généré ses mises en examens, avec ce que l’on sait, et les procès en cours, notamment au sujet du financement de l’UMP, considérant, le fait que ça ait été le principal parti d’opposition, je trouverai pour ma part, particulièrement suspect, de voir que ça ne fasse pas la une des journaux…. Nus sommes en Démocratie, il est donc, parfaitement légitime, que ces faits d’ordre judicaires, fassent la une des journaux.

En 2007, vous aviez pourtant confié à Jean-Marie Le Pen avoir été tentée par Nicolas Sarkozy ?

C’est vrai. Il avait un dynamisme, une énergie, une modernité qui ont pu me séduire,

   Si je puis me permettre, le mot « Modestie », accolé à Nicolals Sarkozy, est un dou euphémisme, qui prête franchement à la rigolade, le coté bling bling, à son sujet, a toujours été notoire arrêtez donc votre cirque !

comme ont été séduits des millions de Français. Nicolas Sarkozy pouvait penser et dire des choses sans souffrir de l’irrespect social. Il était possible de se dire “sarkozyste” sans être jugé et condamné moralement. Mais, en 2007, j’étais encore trop jeune pour voter. Je n’étais pas sarkozyste, mais je lui ai été reconnaissante de dire certaines choses qui étaient inaudibles lorsqu’elles venaient du Front national. Il a brisé le politiquement correct, ouvert une voie qui a permis la respectabilité des idées du FN.

   Ha, « la bonne blague ». En gros, elle remercie, Nicolas Sarkozy, d’avoir été assez facho, pour défendre les idéologies du FN, c’est vraiment à pisser de rire, et moi, hier,  qui conseillais au frondeur du PS, d’éventuellement changer de parti, en donnant l’exemple, de certains du FN (certaines, pour être plus précise), pour être plus respectables, c’est juste « à pisser de rire », faire de la politique, avec comme « valeurs actuelles »,  les plus demagos,  je ne sais si l’insulte, du coup, est plus appropriée, à Marion maréchal le Pen, ou bien à Sarko…. !

Peut-on échapper à la politique quand on est une Le Pen ?

J’ai des frères, des cousins et des cousines dont je sais qu’ils n’en feront jamais. La politique n’a jamais été pour moi de l’ordre de l’évidence. Ce n’est pas sans résistance que j’ai finalement accepté de me présenter, en 2012, aux législatives. Par deux fois, j’ai décliné la proposition de mon grand-père, qui insistait pour que je me présente à Carpentras. Je lui ai même signifié mon refus par écrit, parce que j’avais peur de devoir affronter sa déception.

 

 Ha ça, c’est sûr, avoir un tel grand père, comme on dit vulgairement, « ça doit être duraille ».

Mais c’est vrai que lorsque l’on est une Le Pen, que l’on a le goût de la politique, il est difficile de se dérober, de ne pas montrer l’exemple. Il a fini par me convaincre. Mais je le répète, pour moi, la politique n’est pas une voie toute tracée. Je ne veux pas insulter l’avenir, mais je n’ai pas l’ambition aujourd’hui de faire carrière. Je ne me bats pas pour devenir vice-présidente du FN ou députée à vie.

 Pour ce qui est d’insulter l’avenir, il est vrai de  voir que le FN, et donc, la dynastie le Pen, fleurir plus encore, non pas dans les urnes, mais dans les esprits, ce qui est bien plus grave, consisterait effectivement, en une insulte, je suis admirative, devant une telle lucidité.

[...]

Y a-t-il des députés qui forcent votre admiration ?

L’Assemblée nationale donne l’image d’une cour de récréation, mais certains députés se distinguent. Henri Guaino est de ceux-là.

 Perso, pour moi, il n’ay pas plus hypocrite, et plus fourbe. Il a une plume extraordinaire.

 Ça n’a jamais été un gage de qualité, si c’est pour desservir es valeurs nauséabondes.

Au cœur d’un hémicycle où les prises de parole sont souvent consternantes, lui élève le niveau.

 Un bon orateur, ne signifie pas qu’il soit un bon politique…. Si le talent oratoire, est une arme redoutable, je vois que Marion Marechal le Pen, en est encore à ne voir que la communication, sans se soucier du fond, dans  ce cas, qu’elle fasse one man show…. Elle devrait prendre contact avec Dieudonné, à eux deux, ils arriveraient peut être à quelque chose. Et puis Henri Guaino, comme auteur, u service de Dieudonné, vois je vois ça d’un bon œil, franchement, ça aurait vraiment de la gueule, quand je vois que  Matthieu Madenian, s’est fait jeter d’un festival, parce qu’il avait du it du mal des électeurs du FN, franchement Matthieu, qu’est ce que tu étais allé faire dans une telle galère (comme disait Scapin), alors, que le couple Gaino Dieudo, eux sont en recherche de salles, franchement, tu sais, tu n’es décidément pas raisonnable….

 J’ai de l’admiration pour la persévérance d’un Jean-Frédéric Poisson.

Ha, enfin, une remarque qui tient la route ? « la persévérance », oui, quand on a la prétention, de faire de la politique pour de bonnes raisons, c’est une qualité, je sais ce que c’est.

Il est capable de tenir pendant des heures et des heures, nuits comprises, pour défendre des amendements en cascade.

 

 Bon alors, la prouesse physique, moi, sur ce point, me fait franchement rigoler, je suis désolée, « défendre des amendements en cascades ».

 

 Et oui, le fameux « 49 3 », qui est au FN, ce que le bouclier inox, était aux joutes moyenageuses….

 

 En gros, je vous explique.

 

   Pendant des mois, et des mois, des commissions, se réunissent, dans les ministères, pou élaborer, des textes de lois, afin de faire progresser, notre société.

 

    Je précise que la description que je fais, n’a rien à voir avec le gouvernement actuel, mais ne fait que décrire, un des aspects de la cinquième république, et donc, chaque gouvernement, a connu ainsi cette véritable entrave juridique, à la promulgation d’une loi quelle qu’elle soit….

 

 Ainsi, le FN, utilise, le « 49 3 », pour un oui, pour un non, ou plus précisément, « pour u nom, pour un mot, etc…..

    De telle sorte, qu’une loi, qui devrait, véritablement, être votée, un seul député, par ce truchement particulièrement pervers de notre constitution, empêche la moindre avancée, pour qu’une loi soit effectivement promulguée.

 

 En fait, le recours aux amendements, servent surtout, à défaire, le plus possible, la moindre tentative d’avancée, que  pratique, le gouvernement qui est au pouvoir, quelqu’il soit.

 Et donc, elle, ça force sont admiration. Oui, je sais, on serait en droit, d’attendre autre chose, comme objet d’admiration, seulement, voilà, visiblement, « elle aime beaucoup le spectacle ».

Dans un autre style, la grande maîtrise des questions budgétaires d’un Gilles Carrez m’impressionne.

 Et oui, les chiffres, on en revient  toujours là, c’est fou ce que les chiffres, ça en fait vraiment bander.

Et dans la majorité ?

Je n’en vois aucun qui se distingue. Le seul qui pouvait faire impression dans l’hémicycle a eu un destin… tragique.

Jérôme Cahuzac ?

Oui. Il était très au-dessus des autres. Le niveau des ministres, aujourd’hui, est catastrophique !

 

 Ha lala, de là à prétendre que de détenir, le style oratoire, soit indissociable, du fait d’être malhonnête… Non, je regrette,  « ça serait bien trop facile », et de plus, c’est souvent faux.

 Mais enfin, admirer, quelqu’un, parce qu’ila le verbe, fleuri, et haut perché, sans se soucier, du fait, qu’il ait été malhonnête, franchement, ça laisse songeur.

Personne au gouvernement ne trouve grâce à vos yeux ?

Non !

[...]

Que pensez-vous de Christiane Taubira ?

Au risque de vous surprendre, je dirais qu’elle est brillante dans son expression et dans son argumentation, même si je suis en total désaccord avec elle et que nos visions de la société et de l’homme sont complètement antinomiques.

 

« Voilà au moins, des propos honnêtes ».

 

 Reste que si moi, je suis absolument admirative, devant l’oratrice, c’est plutôt face à ses convictions, qui sont aussi les miennes, que je la préfère.

 Comme on dit vulgairement, « nous n’avons pas les mêmes valeurs ».

Reste que, même si elle tient des propos souvent délirants, elle a une culture, une capacité de réaction, de repartie qui font qu’elle se démarque dans un gouvernement incolore, inodore et insipide !

 Oui, bon, je crois qu’on a compris, le jour où Christiane Taubira se considérera elle, comme étant meilleure oratrice que politique,  et que « bon an mal an », tant que le spectacle sera assuré, ça suffira, moi, je ne me soucierai plus, de l’inspirer, elle.

Le grand public vous a découverte pendant le débat sur le “mariage pour tous”. En quoi cette bataille parlementaire et les manifestations qui ont ponctué l’année 2013 ont influé sur votre manière de faire et de penser la politique ?

Je ne suis pas la seule à avoir pris conscience, à l’occasion du “mariage pour tous”, que les mœurs ne peuvent être bousculées contre les peuples à grands coups d’idéologie.

 

 Et bien avec un tel niveau de connerie, je vois qu’on a du pain, sur la planche.

 

   Les mœurs, jeune femme, ce sont ceux, qui sont pratiqués, par la société française, et ce sont les lois, qui doivent ds’y adapter, ce qui ne signifie pas, qu’il faille autoriser ou cautionner n’importe quoi ? mais surtout pas l’inverse.

 

   En fait, quand un enfant se fait violer par son grand père, ou bien un voisin, c’est un problème de mœurs, effectivement, ensuite, la loi, le sanctionne, ou pas.

 Pour le mariage pour tous, c’est pareil.

 

   L’homosexualité, elle existe, et la nier serait, faire preuve d’une véritable incompétence, comme seuls les intégristes de tous poils, sont capables de faire.

 

   La politique d ne fait pas les mœurs, elle ne peut que les constater, et elle, prendre les bonnes décisions.

 

   Un exemple concret, aujourd’hui, avec les nouvelles méthodes de procréations, que permet, la médecine, combiné au fait que de plus en plus de couples, pas uniquement, les couples homosexuels, mis aussi, hétéro sexuels, sont confrontés, à ce problème.

 

   Doit on laisser faire, sous prétexte, que l’état, n’a pas à intervenir, sous prétexte de « faire évoluer les mœurs », ou bien au contraire, prendre le problème à bras le corps, et légiférer, en toute quiétude ?

   La gauche a voulu imposer ces évolutions “sociétales”. Cela a eu pour effet boomerang le réveil d’une partie habituellement silencieuse de la population. J’ai véritablement eu l’impression d’assister à l’éclosion d’une “génération” politique qui comptera pour l’avenir.

   Pour ma part, moi, j’ai surtout vu, des manifestants, qui pas toujours, mais assez souvent, faisaient preuve d’une méconnaissance absolue, des problèmes, sur la question, d’une part, et d’une jeunesse, qui était surtout ravie de faire son petit mai 68 en retournant bien vite, dans le 16ième, manger la soupe du soir, chez papa et maman. Et oui !

  Je suis intimement convaincue qu’en ces temps de crise, sur d’autres sujets, il sera possible de se défaire des logiques partisanes.

 Alors, là, vous avez mesdames messieurs l’exemple type de la phrase, utilisée par tous les demagos, politiques, la fameuse « politique partisane », si quelqu’un veut bien m’expliquer, avant que je n’aille faire pipi dans ma culotte, de rigoler.

 Je compte sur mes petits soldats, pour leur poser la question, surtout, MDR.

Qu’entendez-vous par là ?

 Ha, et bien voilà ! et bien qu’est ce que je disais ! mdr.

Les partis politiques ne sont pas une fin en soi. Ils ne sont que des outils. Quand bien même le FN serait attaché, rattaché à ce qu’on appelle la “dynastie Le Pen”, je ne me bats pas pour le Front national, mais pour une certaine idée du bien commun...Lire l'interview dans son intégralité...

 

 Bon alors, là, messieurs dames, nous entrons dans les sphères les plus intimes, du FN, à sa voir, un début de phrase, je cite : une certaine idée du bien commun

 Bon alors, ça ressemble à de la langue de bois, ça a la couleur de la langue de bois, l’odeur de la langue de bois, ne reste plus que l’estampille, LANGUE DE BOIS il va vraiment falloir que Stéphane le Foll, qui a pour mission, la forêt, se préoccupe de ce problème existentiel, à savoir, estampiller, les phrases « langues de bois », ébène, frêne, chêne, bouleau, travail, enfin, merde, ça ne finira donc jamais !

 



Françoise Niel Aubin , , ,

Version imprimable | Actualités | Le Mercredi 27/08/2014 | 0 commentaires | Lu 332 fois



Archives par mois