S'identifier - S'inscrire - Contact


Les sportifs handicapés doivent ils concourir avec les sportifs valides ?

Mots-clés :


 Je viens de voir la question posée à l’émission « STADE 2 » à l’instant.

    Petite précision. Il fût un temps, où j’étais fortement attendue sur le plan sportif ce qui est toujours le cas, et « qui c vous savez » va de déception en déception me concernant sur ce sujet…

 Alors je pense qu’il n’est pas superflu que je m’en explique.

   Je n’ai moi absolument pas changé d’avis en ce qui concerne, le rôle que peut jouer, et que joue le sport dans notre société en ce qui concerne notamment les sports collectifs, de façon générale pour apprendre à l’enfant à respecter des règles et donc servir de soutien psychologique pour que de façon plus élargie, ces dernières plus générales, comme  d’une société, que j’appellerai « LA LOI », lui semblent cohérentes, et donc, qu’il les respecte.

    Si je n’en parle pas, c’est uniquement, parce que je ne peux pas être partout à la fois…. Mais certainement pas,  parce que j’ai changé d’avis sur ce point, ou bien que mes convictions, sur ce point aient changé.

    Je parle là, des sports collectifs, mais pour d’autres raisons, les sports individuels, sont eux aussi, tout aussi enrichissants, et là encore, ça n’est qu’un problème de manque de disponibilité, qui justifie le fait que je n’en parle pas, et rien de plus.

 Néanmoins, la question, vient de m’être posée, à Stade 2,  alors  que je tombais sur l’émission.

    J’ai déjà expliqué, que pour moi, lors des jeux olympiques, notamment je trouvais parfaitement stupide, et ridicule que celui qui arrive en premier soit celui qui gagne le plus d’argent.

    En effet je sais fort bien à quel point cette idée puisse choquer ce qui n’est pas pour  me déplaire.

    Mais enfin si la pratique d’un sport comporte ce côté « celui qui pisse le plus loin » prouesse physique, qui soit dit en passant n’est absolument pas réservée aux hommes, puisque nous aussi nous y jouions quand nous étions enfants, et en dehors de tout contexte urino néphrologique, ou de vespasiennes, je considère moi, que cette pratique, qui pour certains est parfaitement assimilable, à une dépendance, ne devrait le plus possible,  ne représenter quand on le pratique à plusieurs, que de mettre en pratique le principe de convivialité, et  n’être qu’un prétexte, à se confronter à soi même, relativement, par exemple, à ses performances passées.

   Quand à la question qui est posée, la réponse pour moi, est sans équivoque.

 « cela dépend entièrement, des prix, et récompenses accordées, aux « gagnants »…..

 Il serait absolument inconcevable, qu’un nageur avec un membre en moins, parte, sur la même longueur, et la même compétition, qu’un valide….

    Parc contre, si les 8 premiers, touchent la même sommes d’argent, qu’il s’agisse de salaire, de prime, ou de contrats publicitaires, alors le fait, que certains soient handicapés, ne poserait aucun problème.

    J’imagine que ceux qui ne sont pas encore au parfum venant de moi, vont faire des bonds sur leur chaise, et bien, il n’y a aucun souci.

  J’assume, je ne suis pas à ça prés.

 Mais pour information, cette théorie aurait  plusieurs énormes avantages.

    Plus de dopage, puisque les 8 premiers, ou 5 premiers, toucheraient le même salaire…..

  L’athlète n’étant alors plus confronté, qu’à ses performances individuelles, il  serait infiniment moins stressé, et ressentirait une pression psychologique moindre, et donc parviendrait très probablement à de meilleures performances.

    Et surtout les salaires, absolument exorbitants, relatifs notamment aux contrats publicitaires, seraient alors revus, probablement à la baisse, ce qui serait, là encore, parfaitement salutaire, pour le sport, de façon générale.



Françoise Niel Aubin

Version imprimable | Actualités | Le Dimanche 12/10/2014 | 0 commentaires | Lu 586 fois


Commentaires


Archives par mois