S'identifier - S'inscrire - Contact


Les mensonges d'EDF GDF SUEZ.

Oui, je dis bien "mensonges". Comme de veritables truants, en fait.

Mots-clés : , Technorati




Oui, j’ai bien dit mensonges.

     Quand l’entreprise, enfin, la multinationale, est interrogée, sur les dégâts occasionnés, sur le site de Belo Monte, elle prétend, qu’elle a consulté  les populations autochtones, sur place.

    Ors, si cette consultation, a bien eu lieu, il est utile de rappeler, qu’elle, n’a été faite que par écrit, d’une part, et dans une langue, étrangère, à celle des kayapo, ce que rend donc cette dernière, nulle.

   Juridiquement, ça ne tient pas la route.

    En ce qui concerne, les populations, autres, qu’ autochtones, qui sont elles aussi impliquées, dans les  désastre écologiques,  il n’y a là, encore  eu aucune concertation.

    En ce qui concerne, les enquêtes, qui ont été faites, avant le début du chantier, EDF GDF prétend, que ces enquêtes ont été faites, au préalable.

   Mais les enquêtes, en question, ont été faites, par l’entreprise, c'est-à-dire, dans le seul et unique but, de cautionner le projet, et donc, dans un but uniquement mercantile. On ne peut pas être juge et parti, c’est bien connu.

    En effet,  parallèlement  à ces études, soit disant favorables, d’autres ont été menées, par des éminents spécialistes des barrages  hydroélectriques,  études parfaitement valables, puisque menées par de véritables spécialistes, et qui ont démontré, que ce projet, était un projet absolument fou, et criminel.

 

 Pourquoi ?

   Et bien parce que la topologie du lieu, implique, notamment, que pour que le barrage de Belo Monte, soit effectivement opérationnelle, il est TECHNIQUEMENT OBLIGATOIRE que 60 autres barrages, en amont, soient eux aussi, construits (je ne me appelle plus du chiffre, exactement),  ce qui rendrait, le massacre, de la forêt amazonienne, donc, 60 fois plus grave.

   Je tiens à préciser, que ça n’est pas UN spécialiste, quia prétendu cela, mais plusieurs, y compris, au Brésil.

   D’autres instances, extrêmement puissantes, ont-elles, aussi, démontré, à quel point, ce projet, était non seulement  criminel, sur le plan écologique, mais surtout, « non viable »,  techniquement.

   Considérant, ces désapprobations, d’eminants spécialistes, des instances internationales, ont condamné  ce chantier, elles aussi, et le gouvernement  brésilien, a  ainsi  cautionné la violation des recommandations, de l’ONU, sans aucun scrupule, ne voyant, comme avenir  pour l’économie de son pays, que l’opportunité, de se rendre complice, d’un véritable crime, contre l’humanité, que de réaliser, ce barrage.

   Je tiens à préciser, que si je tiens ce discours, ce ne sont pas des élucubrations, mais des propos, qui ont été démontrés, et montrés, lors du visionnage, d’un reportage, qui a été fait, lors de l’hommage, qui lui a été rendu, il y a quelques jours, au CESE,  à Paris, et donc, parfaitement vérifiable.

    Ce qu’il faut bien comprendre, c’est qu’aujourd’hui, il existe, un nombre incalculable, de multinationales, qui bafouent, les lois internationales, violant, et saccageant, de façon, terrifiantes, des zones, de la planète, avec le parfait consentement  des gouvernements, sur place….

    Le prétexte, lui, réside dans le fait, qu’ils disent  vouloir, acquérir,  le développement, tels que les plus grandes puissances, du monde, elles, l’ont connu.

 Certes.

   Mais aujourd’hui, ces mêmes  grandes puissances, revendiquent, de vivre, selon des critères, où l’être humain, serait mieux respecté, et où la planète, elle, serait aussi, en temps que mère (MER), de l’Humanité, plus respectée, elle aussi.

   Je comprends fort bien, que certains états, cherchent à vendre, leurs richesses, pour parvenir, à un meilleurs niveau de vie.

   Mais je pense que d’emprunter un chemin, que les plus grandes puissances, ont emprunté, depuis 50 ou 100 ans, c'est-à-dire, avec un libéralisme, qui piétine l’être humain, comme c’est le cas, pour le Brésil, est un mauvais calcul….

   Aujourd’hui, le barrage de Belo Monte, par son côté symbolique, montre à quel point, les multinationales, sont les premiers violeurs de notre Terre.

   J’ai travaillé, ce matin sur mon blog, sur les fondations, qui par leur vide juridique, laissent, la voie libre, à n’importe quel trust international, de donner à la population, une image non seulement, policée, mais surtout, mensongère.

   J’en tiens pour preuve, aujourd’hui, la politique d’EDF GDF SUEZ, qui là encore, par le biais de Belo Monte, est précisément, l’exemple, qui atteint  le paroxysme, de ce que moi, je prétends.

 UTILISATION DE LA FONDATION DANS LE BUT DE VERDIR LEUR IMAGE, et la rendre MORALEMENT IRRÉPROCHABLE. Voir leur spot publicitaire, sur la une.

MENSONGES,  quand aux enquêtes, menées en amont du projet.

   Quand l’entreprise, est interpellée, sur ce projet, il a été répondu, à Sonia Gadajajara, que s’ils ont signé  ce projet, c’était qu’ils avaient le consentement, de leur présidente, DILMA ROUSSEF…..

   Il m’arrive souvent  de ramener  la politique, moi, à la gestion  de nos relations, entre humains, et plus particulièrement, au sein d’une cellule familiale. En règle générale, ça fonctionne plutôt bien.

   Vous imagineriez vous, vous, en temps qu’individu, aller mettre à sac, ou rentrer avec un bulldozer, dans le jardin de votre voisin, sous prétexte, qu’il vous a dit, « OK, tu peux y aller , je te donne l’autorisation ».

 Oui, on va me dire « mais c’est pour a voir, l’électricité ». CERTES, je ne nie pas.

   Mais il se trouve qu’aujourd’hui  nous sommes, tous, parfaitement conscients  qu’il existe des alternatives, aux massacres écologiques, via, les barrages, hydroélectriques.

    Et que si effectivement, on détenait, la preuve véritable, qu’aujourd’hui, EDF GDF SUEZ, investit, autant d’argent, que dans ce barrage, pour promouvoir, les recherches, en énergie propres, nous serions en droit, effectivement, de les percevoir, si ce n’est sous un angle, favorable, au moins,  sous un angle moins, défavorable.

     Non, en vérité, si la France, elle, ne detient que 36 %, des parts financières de EDF GDF SUEZ, le reste des actionnaires, aujourd’hui, se moque, comme d’une guigne, de savoir, si l’entreprise, EDF GDF SUEZ, est « éthique », véritablement, et si l’argent investi, dans le recherche, sur les énergies propres, sont proportionnelles, à celles investies, dan les barrage, hydroélectriques.

IL FAUT QUE CA RAPPORTE UN MAX, point barre.

 Le lien, au sujet des fondations, se trouve ici :

http://francoisenielaubin.viabloga.com/

   Pour ce qui concerne, l’utilisation abusive, de la fondation, que bien sûr, chaque multinationale, ne manque pas d’utiliser, pour donner de son entreprise, une image mensongère, je tiens juste à signaler, que certains des actionnaires, eux même, pour les plus naïfs, s’y laissent prendre tres pobablement,  et oui, c’est ça, « le GREEN WASHING ».

   Un autre point, a été signalé, qui consiste à ce que juridiquement, les PDG de ces multinationales, soient responsables, en temps qu’individu, c'est-à-dire, « physiquement », de telle sorte, que ce ne soit plus uniquement, des amandes, qu’ils reçoivent, puisque se sachant coupables, avant, ils les anticipent, alors, que si les PDG sont menacés d’aller véritablement  en prison, ce qui serait parfaitement mérité, il est probable, qu’ils auraient une attitude,  beaucoup plus respectable.

    Au sujet de cette volonté, je tiens à préciser, qu’elle devrait être appliquée, aussi, pour des entreprises, au niveau simplement national, de telle sorte, qu’un individu, ne puisse pas créer d’entreprises écran, qui permette ainsi, aux mafia, de servir de couverture, pour écouler, l’argent sale, par ce biais.

   Je ne dis pas qu’il faille systématiquement annuler  ou supprimer, la notion de société anonyme, mais je considère, qu’aujourd’hui, n’importe qui, ouvre n’importe quelle entreprise, sous n’importe quel prétexte, et quand on cherche à comprendre comment fonctionnent les mafias, et «  l’escroquerie en col blanc », on s’aperçoit, que c’est par ce biais, et par celui des fondations, qu’ils font leur business.

   Si la personne physique, était rendue responsable, plus que ça n’est le cas, je pense qu’il serait plus sein, de faire du commerce, et de participer, à l’Économie de son pays, de façon plus générale.

 



Françoise Niel Aubin , Technorati

Version imprimable | Actualités | Le Jeudi 12/06/2014 | 0 commentaires | Lu 421 fois



Archives par mois