S'identifier - S'inscrire - Contact


Pourquoi, le Hamas ne peut en aucune manière, être un interlocuteur credible vis à vis de Israël.

PALESTINE, "pour y voir un peu plus clair".c'était le premier titre de mon article. Et oui, j'ai des lunettes, pourtant, figurez vous, mais s'il se trouve que je viens de m'apercevoir, que je me trompais, moi, d'interlocuteur.....


 Et oui, hier, je travaillais, à revoir le texte de ma petition, au sujet de mon projet, de voir, un seul etat, qui regrouperait Israël, et Palestine.

  Une fois mon travail, de redaction terminé,  (le moins qu'on puisse dire, c'est que j'ai du remettre mon ouvrage sur le metier, plus d'une fois), et au moment, de poser le destinataire, c'est à dire, monsieur Ban Ki Moon ' (une vielle connaisance), je me suis apperçue, que pour definir, la guerre Israëlo Palestinienne,  je pouvais citer, monsieur Benjamin Netanyahu, mais que j'étais incapable, de citer le president de republique  palestinien...

    En effet, quand on parle de la Palestine, on parle toujurs du Hamas, et uniquement, du Hamas, alors, que ce dernier, n'a non  seulement aucune existence legale, mais qu'au contraire, il est considéré, par la communauté internationale, comme une infrastructure terroriste.....

    Ce qui soit dit, en passant, se trouve objectivement parfaitement, appuyé si l'on considére, qu'ils planquent des armes à feu, soit, dans les mosquées, soit, à prioximité, ou bien mets, des points strategiques, ou logistiques à proximité des écoles onusiennes...... La population, alors se retrouvant bien sûr, effectivement, utilisée, comme boucliers humains.

 Alors, je reconnais que je me sens un peu stupide, de constater celà, et un peu conne, je dois dire,  de ne pas y avoir plus clair, plus tôt....

 Mais il n'est jamais trop tard, pour bien faire.
 
  Alors, ayant pigé celà, depuis ce midi (merci, aux journalistes de france 2), j'entame, donc, des recherches, sur le sujet, sur internet, et que vois je ?
  Je viens de taper, "armée palestinienne", pour voir, et là, que vois je ?

www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/0203685659845-gaza-le-cessez-le-feu-de-trois-jours-entre-officiellement-en-vigueur-1030468.php

 Ici, on met, face à l'eat d'Israël, le Hamas, et uniquement le Hamas, en psecifiant bien, effectivement "mouvement palestinien". On est bien d'accord.

 Je continue.
www.ina.fr/video/VDD10014963

 Je cite.A Jéricho, les Forces de sécurité nationale s'entraînent pendant des heures et des heures pour être opérationnelles. Leurs cibles : les gangs criminels et le Hamas. Créées en 2005 sur une initiative américaine, ces unités militaires se disent prêts aujourd'hui à assurer seuls la sécurité de la Cisjordanie, dans la perspective de la création prochaine d'un Etat palestinien.

 Actuellement, le président palestinien, s'appelle ???

 Dimanche 10 aout 2014, je continue, mes recherches.
 
  Voilà, ce que je viens de trouver.

 Un article d'hier, de france TV infos, pour être precise, qui parle du Hamas, et uniquement du hamas.

 Je fais donc, un copié collé de l'article entier, et je commente.

A plusieurs reprises depuis le début du conflit, des tirs de roquettes ont interrompu les cessez-le-feu, pourtant validés par le Hamas. L'organisation contrôle-t-elle réellement toute la bande de Gaza ? 

Propos recueillis par Tatiana Lissitzky

Mis à jour le 08/08/2014 | 18:39 , publié le 08/08/2014 | 18:30

 

Après trois jours de trêve, les combats ont repris entre le Hamas et Israël. L'organisation islamiste a annoncé, vendredi 8 août, au Caire (Egypte), qu'elle ne prolongerait pas le cessez-le-feu en vigueur dans la bande de Gaza, parce qu'Israël refuse d'accéder à ses demandes. Le Hamas exige au minimum l’ouverture d’un port sur la Méditerranée, à défaut d’obtenir dans l’immédiat la levée du blocus qui asphyxie l'enclave depuis sept ans et la construction d’un aéroport international.

Déjà, dans la nuit de jeudi à vendredi, 33 roquettes avaient été tirées depuis la bande de Gaza vers Israël, selon l'armée israélienne. En réponse, l'Etat hébreu a lancé de nouvelles opérations dans la matinée. Mais le Hamas a rejeté la responsabilité des tirs, qui ont finalement été revendiqués par le Jihad islamique. Ces tirs de roquettes posent la question des dissensions qui peuvent exister entre le Hamas et les autres factions palestiniennes, mais aussi au sein du Hamas lui-même.

Francetv info a interrogé à ce sujet Mohamed-Ali Adraoui, docteur en sciences politiques, chercheur à l'Institut universitaire européen de Florence et auteur de Du Golfe aux banlieues : le salafisme mondialisé.

Francetv info : Existe-t-il des dissensions au sein du Hamas ? 

Mohamed-Ali Adraoui : En réalité, des dissensions existent à tous les niveaux. Entre la branche armée et le bureau politique, dans la branche armée elle-même, mais aussi entre les générations. Car la situation à Gaza n'est pas la même qu'il y a dix ans. Mais il existe aussi des désaccords entre le Hamas intérieur et extérieur, c'est-à-dire entre ceux qui se sont exilés, comme Khaled Mechaal (le chef du bureau politique), et ceux qui sont restés à Gaza. Et ces divergences entre les différents courants peuvent rendre la politique du Hamas peu lisible.

En temps normal, les décisions du mouvement sont débattues et prises par consensus au sein de trois instances : le Majlis Al-Choura, le conseil consultatif, qui prend les décisions stratégiques, le bureau politique, dirigé par Khaled Mechaal en exil au Qatar, et la branche militaire, les brigades Ezzedine Al-Qassam, dirigées par Mohammed Deif.

Le Hamas a rejeté la responsabilité des tirs de la nuit, et c'est le Jihad islamique qui les a revendiqués. Les deux groupes s'accordent-ils sur leurs actions ? 

Il y a effectivement un dialogue entre les différentes factions palestiniennes, notamment concernant les trêves. Pour qu'une trêve soit négociée, il y a des discussions entre le Hamas et Israël, mais aussi entre le Hamas et les autres factions ainsi qu'au sein du Hamas lui-même. Et parfois, plutôt qu'un acte prémédité, le tir d'une roquette peut aussi être le fait d'une unité locale isolée.

Le Hamas a été élu démocratiquement et a la capacité d'influer sur le Jihad islamique. Mais il combat aussi d'autres groupes, comme le courant salafiste, proche des salafistes irakiens ou syriens. Israël préfère de loin négocier avec le Hamas, car il est le moins mauvais des interlocuteurs possibles. 

 Bon alors, jusqu’à preuve du contraire, une élection démocratique ne peut se faire, que sous la couverture d’une vie politique effectivement, reconnue, et en quelque sorte « adoubée », par une reconnaissance du gouvernement palestinien.

 Aujourd’hui, pour ceux, qui ne seraient pas encore au courant, le président palestinien  s’appelle Mahmoud Abbas.

Je viens de trouver un article sur sa position.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/07/19/la-crise-de-gaza-renforce-l-isolement-de-l-autorite-palestinienne_4459983_3218.html

 Pour moi le Hamas n’a aucune légitimité, aujourd’hui à négocier, avec benjamin Netanyahu. Seule le président Palestinien est habilité à le faire.

Quelle est la stratégie du Hamas désormais ? 

Le raisonnement du Hamas est simple : après un mois de guerre, des milliers de morts et de blessés, des centaines de milliers de déplacés, des milliards de dollars de destructions, autant aller jusqu'au bout. C'est plutôt rationnel. Les médias ont les yeux rivés sur Gaza, les grands de ce monde se sont exprimés et une inflexion semble se dessiner au niveau international.

Malgré toutes les souffrances endurées par les Gazaouis, le Hamas a gardé leur soutien. Par les négociations en Egypte et en maintenant un certain niveau de violence avec les tirs de roquettes, les factions palestiniennes pensent réellement pouvoir améliorer le sort des habitants. Le but final est d'arracher à Israël un compromis qui améliorerait les conditions de vie des Gazaouis en allégeant le blocus. Par exemple, en agrandissant la zone de pêche (qui est le principal revenu de la bande de Gaza).

Le Hamas cherche aussi à obtenir l'aide de la communauté internationale. Car la situation est dramatique. Un enfant sur deux à Gaza souffre de malnutrition et 80% de la population dépend de l'aide internationale pour la nourriture. Maintenant, la question est de savoir si nous nous dirigeons vers un regain de tension.  

 Alors là, je dois dire que je suis assez estomaquée, parce que jusqu’à preuve du contraire, l’une des stratégie du Hamas, a consisté à positionner certains éléments cibles, à proximité des écoles onusiennes, et à cacher des armes, à l’intérieur des mosquées, pour pouvoir ensuite, utiliser, la destruction, d’ordre religieuse et culturelle, pour pouvoir prétendre,  être respectable, vis-à-vis de la communauté  internationale, encore faut être respectable, tout court.

 D’autre part il est expliqué, avec énormément de détails dans cet article, à quel point, le Hamas, est non seulement divisé, mais aussi en lien direct, avec d’autres ramifications islamiques, d’ordre purement terroristes, qui sévissent d’ailleurs, aussi, dans d’autres pays, actuellement.

   De ce fait, ce là accrédite effectivement la théorie, selon laquelle, d’une part, le Hamas, ne peut en aucune manière, être un véritable interlocuteur, vis-à-vis de Benjamin Netanyahu, mais aussi qu’il ne maitrise absolument pas, les racines, de son mouvement, puisque ils reconnaissent eux même (c’est bien dit, plus bas),  que des mouvement, djihadistes, ont envoyé des missiles, sur Israël…

    Donc, mon article écrit, il y a quelques jours, trouve effectivement la réponse « à qui profite le crime », et bien la réponse est « le DJIHAD, et donc l’une des organisations, les plus criminelles, aujourd’hui, au monde.

 

 




Version imprimable | Actualités | Le Vendredi 08/08/2014 | 0 commentaires | Lu 303 fois



Archives par mois