S'identifier - S'inscrire - Contact


Les violences faites aux femmes. "Dans les yeux d'olivier".

j ne fais que poser le lien, de cette emision, et je vais travailler en interne, dessus.

Mots-clés : ,


pluzz.francetv.fr/videos/dans_les_yeux_d_olivier.html

Pervers manipulateurs.

 J’ai trouvé ces  certains liens, sur internet, s  qui abordent ce sujet.

 Dans l’émission  « dans les yeux d’Olivier », il était question de femmes, en danger de mort.

    Aujourd’hui, il existe un moyen de protéger ces femmes, qui quand elles entament le processus de porter plainte pour sauver leur peau, parviennent ainsi, par ce moyen, à être sauvées, par l‘intermédiaire du téléphone d’alerte..

   Différents cas ont énumérés, qui démontrent à quel point les hommes, peuvent être vis-à-vis de leur compagnes, épouses,  des êtres, absolument terrifiants, dignes des fictions, les plus maquiavéliques.

   Pour information, je tiens juste moi, à préciser une chose, qui n’a pas été dite, dans le reportage, c’est qu’il existe aussi  des femmes, qui sont violentes, avec leur compagnon, ou leur mari.

 Et que ces cas, d’hommes battus, sont bien plus tabous encore, puisque dans l’inconscient collectif, le mâle est sensé detenir, la force physique, et donc, l’ascendant, sur la femme.

 Ors, il arrive aussi, que certaines femmes, soient plus fortes que certains hommes.

    Mais il existe un autre point, extrêmement important, quia bien été évoqué dans l’émission, qui est le harcèlement et la torture psychologique  que subissent,  toutes les femmes battues, sans exception,  et que dans le cas contraire, où c’est la femme, qui a l’ascendant psychologique, sur le mari, il arrive très souvent, aussi, que certaines d’entre elles pratiquent cette forme d’humiliation, vis-à-vis de leur partenaire, ou de leur mari.

   Je tiens juste à signaler que mes propos, n’ont pas pour objectif, d’excuser, ces hommes violents, en laissant entendre qu’ils ne font que se défendre, par  exemple, comme le  sous-entendent la vindicte populaire.

    Car oui, moi, je suis d’un milieu populaire, q et quand une femme est battue, la première réflexion, que l’on entend, quand les langues se délient, comme autour de quelques verres au bistrot, c’est « s’il la frappe, c’est peut être par ce qu’il a de bonnes raisons ».

   D’ailleurs pour vous dire, à quel point, certains sont pervers, dans l’un des cas  expliqués, hier, me mari obligeait sa femme,  à se prostituer en la menaçant de mort, de telle sorte qu’elle sot vue, en train de se prostituer, afin de détruire sa réputation, et d’ainsi, pouvoir, la frapper, puisque c’était une  s…….

   Pour ce qui concerne, les violences, faites aux femmes, si je précise, que le contraire existe, c’est simplement pour préciser, que je ne les oublie pas et que NOUS NE LES OUBLIONS PAS.

   Comme quoi, le moins que l’on puisse dire, c’est que le piège était particulièrement bien mis sur pied.

    Je me garderai bien de faire une énumération, des sévices que certaines ont subies, jusqu’à ce que mort s’en suive hélas, pour certaines.

 Mais je reviens moi, à ce que l’on nomme, le harcèlement moral, et psychologique.

   Cet aspect des choses, est extrêmement important puisque c’est la phase qui précède celle où les coups sont portés, systématiquement.

 Pour ce qui concerne les pervers narcissiques, je n’ai moi, jamais été  confrontés, personnellement à ce type, d’homme mais les cas, qui m’ont été racontés, ou que j’ai eu l’occasion d’observer, m’ont appris beaucoup de choses.

 J’ai eu beau arguer du fait, que je n’étais pas vraiment certaine, de suffisamment connaitre le sujet, on insiste, soit, « alors je m’y colle ».

  Je vais poser les questions, naïvement, comme n’importe qui, qui n’ait jamais connu, de femmes, dans son entourage, concernée par le problème.

-          Pour quelle raison, n’a t’elle pas réagi, au premier coup porté ?

 

    Pour la simple raison qu’elle considère au départ, que c’est accidentel, et que ça ne se reproduira pas…. Pour peu, qu’elle ait connu des cas similaires, ou pire, dans son entourage elle va même considérer non pas que c’est normal, mais que ça n’est pas si grave….

 

    Pour ma part, c’est une situation que je n’ai jamais connue, mais je ne saurai trop recommence dé, à chaque fois, qu’un homme lève la main, sur sa compagne, ou son épouse ou sa petite maie, d’aller au minimum, en parler, d’une part, à son médecin traitant, et ensuite, de faire une main courante, à la gendarmerie, je dis bien DES LE PREMIER COUP PORTE…..

 C’et extrêmement important, qu’une fois la pression et la crise passée, le coupable sache, qu’à la moindre incartade, le de médecin, la gendarmerie, et la famille, sont prévenus, de telle sorte, qu’il sente la pression de la Loi qui interdit de porter atteinte, à l’intégrité physique de l’autre….

 D’autre part, il importe d’avoir connaissance du fait qu’une femme, quia vu sa mère, être battue, et son père, avoir été violent, sera prédisposée, non pas à « provoquer », la crise, pour prendre elle aussi, des coups, mais elles tombent amoureuses d’hommes, qui de façon inconsciente, sont prédisposés à devenir violent, leur inconscient, lui, l’a senti, et elle reproduisent ainsi, un schémas familial.

 

   J’ai connu, un enfant, moi, dont j’étais responsable, quand j’étais éducatrice, et ce garçon, souffrait le martyre, parce que sa maman, ne tombait amoureux, que d’hommes,, qui étaient parfaitement « normaux », au début, et au bout de quelques mois, de vie commune, avec l’alcool, ils devenaient violents.

 

   Ce fils, donc, était très malheureux, parce qu’il aurait voulu, protéger sa mère, et il ne le pouvait pas.

 

   Je précise cependant, que la reproduction du schémas parental, n’est pas systématique, mais il est fréquent c’est u phénomène bien connu des psychiatres, et des psychologues.

 

    De la même façon, quand un homme tombe amoureux d’une femme,  pari les raisons inconscientes, il y en a certaines, qui sont entièrement liées à cela, c'est-à-dire, qu’elle se retrouve « une proie potentielle », dont il perçoit qu’elle va se laisser prendre dans ses filets.

 Vous me direz, « comment éviter cela »…

 

   S’il existait une recette miracle, pour savoir exactement, diagnostiquer  les chances, ou malchances, de voir évoluer un couple favorablement, ou pas, je pense qu’il y a bien longtemps qu’on le saurait.

 

    Le sentiment amoureux par définition, comporte, des raisons, qui relèvent de l’inconscient, et c’est aisi, on ne maitrise pas ….

 

    Moi, e pense que dans un couple, quelqu’un soit, il est intéressant, de comprendre, pour quelle raison, l’Amour, nous est un jour, tombé dessus, mais de le comprendre, ne constitue pas nécessairement, le chemin, vers une réussite assurée, pour autant, parce que l’évolution de chacun, comporte des surprises, quelquefois, que l’on ne soupçonnait pas, ou la vie, se charge, de n  poser devant nous, des défit à relever, qui tronquent aussi, l’évolution de chacun, et donc, aussi, l’évolution du couple.

 

   En règle générale, je pense moi, qu’il est nécessaire, d’avoir une bonne communication, franche, et régulière, avec son conjoint, ou son épouse .

 

    Oui, je sais, on va encore me dire, que je défonce les portes ouvertes, mais les couples, qui communiquent le mieux, réalisent toujours, à un moment où à un autre, que tout compte fait, « et bien non, visiblement, il y a  maldonne ».

 

 Mieux vaut le répéter, trop, s’il le faut, plutôt que de s’en priver.

 

   Ensuite, selon les « curseurs de susceptibilité ou de la notion de respectabilité, de chacun », chacun mène sa barque comme il l’entend….

 

    Mais une chose est sûre, c’est que une fois atteint le stade des insultes, griefs, et que la communication  est parfaitement tronquée,  le minimum syndical, quand un coup est porté c’est vraiment d’aller déposer une main courante, et de prévenir ses proches, enfin, quand on en a.

       Mais il y a un cas, moi, qui plus interpellé, à la fin du reportage, et qui montre, que cette femme, n’a visiblement absolument pas conscience, que sa vie  est bel et bien en danger….

    Enfin, si « elle le sait », mais elle ne sait pas, à quel point.

   Olivier lui, le lui dit et lui explique, qu’elle n’a pas encore franchi le pas  de porter plainte, elle acquiesce, et au moment de la diffusion, il était bien précisé, que cette plainte n’avait pas encore été déposée.

    Si je précise cela, c’est que c’est un détail, qui à mes yeux est extrêmement important, parce que c’est le signe, qu’à ses yeux, comme aux yeux de l’entourage, la violence faite aux femmes, est quasiment « recevable ».

   Ce comportement a d’ailleurs été parfaitement dénoncé, par l’une d’elle, qui un jour, se faisant tabasser par son mari, sur un parking, il ne s’était trouvé personne pour intervenir,  alors que des personnes, se trouvaient à proximité.

   Elle précise ait aussi, relativement aux voisins, qui devaient entendre les coups portés.

   Si j’insiste beaucoup, sur le fait que le danger, reste souvent, pendant plusieurs années, parfaitement souestimé, par les femmes,  c’est que le harcèlement moral, les insultes,  etc, conditionnent la victime, à recevoir le pire, qui va être, un jour, peut être, la mort.

   Ainsi, elle est victime, en fait, d’une forme de lavage de cerveau, parfaitement instrumentalisée, comme une poupée gonflable, (on a vu, hier, que le viol, souvent, faisait partie de la panoplie), exactement, comme on pratique de façon, négative, avec la méthode Coué mais inversé.

   Ainsi, pour peu, que l’enfant ainé, soit un garçon, il arrive qu’il soit au fil du temps, complice avec son père, et reproduisant parfaitement son comportement violent, non seulement, il ne prendra pas la défense de sa maman, mais aussi, aura une attitude machiste,  dominatrice, et castratrice, vis-à-vis de ses petites sœurs…...

    Bien sûr, il arrive aussi que ce soit l’inverse, et que le fils, ne supporte pas, s’oppose au père, et qu’il en arrivent à se haïr, et à se battre, voir pire, encore.

   Je connais ainsi, plusieurs fils, moi, qui se sont battus avec leur père, pour cette raison, et un autre, qui une fois parti, de la maison paternelle, a pris sa propre mère, sous son toit, pour la protéger des coups, de son père. Quand je parle de « méthode Coué à l’envers, je pèse mes mots.

   Une femme, qui est fatiguée, qui non seulement, ne se sent pas respectée, par son mari, et ses enfants, si elle s’entend, dire, à intervalle régulier, tu es nulle, tu es moche, tu ne sers à rien, tu ne ramène même pas d’argent puisque tu n’es bonne qu’à élever les enfants, etc, et encore, « je vous la fis soft », au bout du compte, par ce lavage de cerveau, lancinant, finit par s’imprimer, dans son cerveau, selon le même processus que s’imprime m la méthode Coué positive, qui est utile, et elle finit par a voir d’elle même, une image effectivement lamentable, qui donc, ne se percevant pas comme valorisante, ne fait qu’accroitre, sa culpabilité. Alors, elle se dit « s’il le dit, c’est que ça doit être un peu vrai ».

   Ensuite, pour peu, que voulant protéger sa nichée, et la réputation de son couple, comme on dit, elle taise  les coups, comme c’est le plus souvent le cas, elle fait alors  des sourires, à qui veut, quand elle fait ses courses, et donne le change, puisqu’il importe, que surtout, personne ne soit au courant…

   Quelquefois aussi, un internement psychiatrique, sert de parfaite excuse, pour dévaloriser l’autre, et lui laisser croire, qu’elle est folle.

     Il n’a pas le courage de porter les coups, alors, après les insultes, qui ne sont que le reflets de son dépit, la psychiatrie, se charge de la sale besogne, et la femme, se retrouve ainsi, avec l’étiquette de malade mentale, qui fait tout le bonheur, de son ex, arguant ainsi  de ce fait  pour justifier, que dans l’hypothèse où elle trouverait du travail, il se chargerait  d’en informer  les éventuels  employeurs, pour être bien certain, qu’elle garde la tête sous l’eau.

     Dans un film, que j’avais vu, aussi, qui s’appelle « le grand embouteillage », de Luigi Comencini, un homme avait perdu, les clés, de la maison, pendant des heures, il harcelait sa femme, parce que  ça ne pouvait être qu’elle la coupable…. Elle opprimée, par un mari  destructeur,  faisait tout sn possible, pour l »lisser passer l’orage », et au bout d’une bonne heure, il retrouve les clés… il tourne les choses, de telle sorte, qu’elle ait l’absolue certitude, que c’est bien elle, qui perd la tête, et qui donc, conformément à ce qu’il dit, est bien folle…

   J’ai connu e  une femme aussi, qui prenait des médicaments, qui l’empêchait, de prendre sa voiture, et de conduire ainsi, elle était dépendante de son mari.

   Si elle avait arrêté,  ces médicaments, jamais, elle n’aurait arrêté de conduire, et au fil des années, persuadée, que c’était elle, et non le médicament qui était en cause, elle a fini par perdre tout e assurance sur la route, et une fois son mari décédé, elle s’est retrouvée entièrement dépendante….

   Pendant les quelques temps, q  où elle n’avait plus pris s  ces médicaments, il s’était avéré, que ces reflexes, étaient redevenus parfaitement normaux, mais elle, était persuadée, à force d’entendre qu’elle était devenue dangereuse, sur la route, que c’était la vérité.

   Lui ensuite, peut tout à loisir, refermer le piège  sur elle, en général l’alcool  l’y aide beaucoup, et c’est alors une spirale infernale, dont il est de plus en plus difficile de sortir.

   Mais certains d’entre eux, ont aussi, la psychologie, infiniment plus subtile, encore, puisque leur jeu, va consister en un harcèlement, qui va en plus, consister à la couper du monde.

 Ainsi, vu de l’extérieur, il  arrive que « la famille adverse », soit diabolisée…

 Certes, je connais ça, mieux que personne, je l’ai vécu .

 Mais ce qui importe, c’est d’observer, le reste du comportement.

   Est-ce que cette femme, a un travail ? Une vie sociale ? Des amis ? Une vie associative ?

 Des hobbies ?

   Quand l’accumulation  des signes, tendent à penser, qu’il se passe des choses décidément anormales, je pense moi, qu’il est souhaitable de faire  un signalement, à la gendarmerie.

 Il est probable, que certains trouvent ça exagéré, moi, je ne le pense pas…

   Il arrive, par des faits divers, qualifié  généralement, de drames familiaux que l’on apprenne, qu’une femme ait été retrouvée morte, assassinée, trop souvent hélas, il y a bien du y avoir  des signes  de l’extérieur, et rien n’est transparu, nulle part…

    Mais un homme ne donne pas 7 coups de couteau, dans le ventre de son épouse comme ça, du jour, au lendemain.

   Pour ce qui concerne, les téléphones d’alerte, et la géo localisation, Oui, bien sûr, je crois que c’est une idée de chez moi, expliquée  il y a quelques temps, c’est en effet il me semble, ce qu’il serait souhaitable de faire.

    Enfin, je vais finir, par une note optimiste, au sujet de ce couple, qui recueille ces femmes, qui sont ainsi, menacées de mort.

   La structure, qui est présentée, ressemble à s’y méprendre, à une des maisons transgénérationnelles, que je souhaite moi, voir montées et organisées avec le partenariat, de la police, et des psychologues.

Je n’attends qu’une chose, moi, c’est qu’on me donne l’occasion de pouvoir  concrétiser  les projets qui sont les miens.

 

 




Françoise Niel Aubin ,

Version imprimable | Actualités | Le Jeudi 28/08/2014 | 0 commentaires | Lu 365 fois



Archives par mois